Notre disque de l’année de 2020: The Strokes- The new abnormal

Un petite question: comment proposer un disque de l’année quand on n’a pas écouté 20 disques de l’année écoulée? Pas évident. Alors, la méthode est très simple, la nouveauté après multiples écoutes doit nous donner l’impression d’être le meilleur qu’on ait écouté depuis des années tout court.

Dans les faits, cela ne m’arrive pas souvent. Mais là exceptionnellement, j’ai eu l’impression très forte que le dernier Strokes était tout simplement un grand disque. Il faut dire que je ne l’ai pas écouté dans la précipitation et l’excitation (merci Fracas, au fait, de l’avoir proposé). En effet, je gardais l’image du groupe associé à leur premier album, avec ce côté hype et poseur, un rien arrogant. Et ce premier méfait est devenu, avec les années, l’un des grands classiques des années 00’s.

The Strokes Tease New Album The New Abnormal | Consequence of Sound

Pour autant, j’ai eu tendance par la suite à enfermer le groupe dans un petite boite, genre groupe à singles, plus que groupe à album et donc à ne pas les écouter vraiment. C’est avec surprise que leur dernier disque a eu l’effet pour moi de vouloir en parler autour de moi pour dire tout le bien que j’en pensais. D’abord, le groupe se renouvelle du format batterie/basse/guitares de leur début. Il y a des clavier et, ô blasphème, même des ambiances presque disco. On sent que le petit tour du chanteur chez Daft Punk a laissé des séquelles/marques (à vous de rayer la mention qui ne vous convient pas). En soi, c’est un peu le Tatto You des Rolling Stones… mais en mieux (et pourtant, ce rolling stones est rétroactivement sans doute leur dernier grand/bon disque).

Bien sûr on retrouvera les petits bolides mélodiques nonchalants qui ont fait le succès du groupe, mais il semblerait que tout ne tourne pas forcément rond dans leur tête (et notamment celle de Julian CASABLANCAS, le chanteur). Ca voudrait parfois être dansant, mais il y a comme du vague à l’âme ou des déchirures mal renfermées qui planent dans certaines des chansons.

Cet album est globalement peu classé dans les palmarès de cette année (comme vous le verrez bientôt), à part chez les Inrocks. On tenait à le mettre en avant, parce que ce disque est un disque de rock qui part ailleurs, synthèse du passé et de demain. Et surtout, un disque qui fait du bien de se sentir (parfois) mal.

Promis, le prochain disque sera plus rock. En attendant, vous pouvez trouver votre bonheur ici.

Audrey

5 réflexions sur « Notre disque de l’année de 2020: The Strokes- The new abnormal »

  1. Je viens de découvrir qu’on peut laisser un commentaire dans cette rubrique. Pour moi qui ne suis pas un spécialiste des catégories rock (le post-new wave glamour à tendance Groucho), je le trouve très rock. Et très bon.

    J’aime

    1. Merci. Oui, le côté « disco », c’était un peu de la provoc, mais c’est sûr qu’il n’a pas pur rock comme l’était leurs premiers. En fait, ce serait triste qu’un groupe stagne et n’évolue pas. Genre les cramps ou les ramones…. Après, ce se sont les grands groupes qui savent se muer en autre chose.

      J’aime

  2. Difficile de proposer un meilleur disque pour cette année là, Biolay n’est pas loin de dominer pour moi, mais je propose plutôt Michelle Guerevich « Ecstasy in the shadow of ecstasy » pour la découverte de cette voix et Caleb Landry Jones « The mother stone » pour avoir ressuscité le fantôme du rock psychédélique de Bowie.

    J’aime

    1. Je n’arrive pas à accrocher au Caleb Landry Jones… Je crois qu’Audrey non plus. Pour le Biolay, je ne l’ai écouté qu’une fois, un peu par snobisme sur le français… mais il mérite que je m’y replonge.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s