Rubrique (Spécial St-Valentin): Les Chansons d’Amour

Allez, notre proposition de faire un spécial Slow qui tue ne semble pas avoir trouvé beaucoup d’écho, alors on profite de la St-Valentin pour ouvrir une nouvelle rubrique que l’ami Zocalo va inaugurer à notre place.

« Amor particular » de Lluis Lach et « La nuit des masques » de Pierre Barouh (musique de Chico Buarque) par Zocalo

En général, je me méfie des chansons d’amour. Elles sont trop souvent l’expression d’un amour à sens unique (« Vous qui passez sans me voir », « Girl from Ipanema« ) ou, encore pire, une supplique pour être aimé (Laisse moi être l’ombre de ton ombre, l’ombre de ton chien). Cela, c’est tout le contraire de l’amour, ce serait plutôt des chansons de désespoir, ou de solitude. Mais c’est bien connu: « La solitude, ça n’existe pas« .

Pourtant, fidèle à mes contradictions, il y a deux chansons d’amour dont j’ai envie de te parler. La première, c’est « Amor particular » de Lluis Lach, sur l’album « T’estimo ».

La chanson toute seule

Une chanson d’amour heureuse, écrite pour son compagnon Josep Maria Flotats en 1984, une époque où ces « amours particulières » n’étaient plus tellement scandaleuses, ni transgressives. Malgré tout, audacieuse sur le fond, d’une grande pudeur, je lui reproche cependant d’être trop conventionnelle sur la forme.

L’album entier

‘est pourquoi je lui préfère une chanson de Pierre Barouh (la musique est de Chico Buarque, on retrouve à nouveau le Brésil): « La nuit des masques« .

Un couple se forme pendant le Carnaval, ils se plaisent, se séduisent, puis se quittent sans avoir enlevé leurs masques, remettant au hasard et au destin le choix de se rencontrer à nouveau. Ou pas. C’est cela qui me plaît dans cette chanson, cette foi en la chance qui les a fait se rencontrer et qui peut-être leur sourira à nouveau. Cette acceptation aussi qu’ils ne se reverront peut-être jamais, trop différents qu’ils sont peut-être dans leurs origines, leur milieu, et qu’ils seront passés à côté d’un grand amour.

Zocalo

PS d’Audrey et Francis: On a longuement débattu pour ne pas laisser seul Zocalo ouvrir son cœur et on a choisi de vous proposer également une chanson d’amour.

Czerkinsky feat. Elli Medeiros – Tout baigne par Audrey et Francis

Bon, on fait délibérément pas dans le rock’n roll! A première écoute, on se dit, c’est quoi ce truc ridicule et ringard. Oui, on peut le dire. Mais, en même temps, c’est évidemment assumé. Donc l’enjeu est plutôt d’écouter et réécouter ce qui pourrait être autre chose qu’une mauvaise blague de notre part, car, si les enjeux ne se situent pas sur les hauteurs de Surf’s up de Brian Wilson, cette chanson mérite un peu plus qu’il n’y parait.

En effet, peu à peu, derrière la légèreté et l’insignifiance, nous trouvons que la chanson dépasse cette superficialité apparente, pour montrer une vraie relation de couple, avec ses contradictions et différences, les rôles que chacun se donne, le doute du redoutable « Est-ce que tu m’aimes? », avec surtout ce paradoxe de l’amour qui finit par tout emporter. Car, effectivement, si tout baigne, la chanson dit bien que ce n’est pas si simple, que la nuit peut être noire.

Et puis, il y a la merveilleuse Elli Medeiros. Elle donne sa grâce et se prête à un délicieux numéro de séduction, mi-amusée et mi-sérieuse. Et enfin, la mélodie, étrangement addictive, finit tout simplement par nous rendre benoitement heureux et par nous communiquer ce doux sentiment amoureux qu’on cherche tant (et qui nous fait bien souvent si défaut et qu’on finit par oublier avec l’usure du temps).

Quant au final, avouez, il y a là toute la tendresse du couple qu’il est si bon de vivre, l’envie de tout oublier juste pour pouvoir se câliner et s’embrasser. Donc, derrière ses côtés un peu niais assumés, on tient une authentique et belle chanson d’amour, car, après, tout, quand on est amoureux, n’est-on pas tous un peu niais nous aussi? Et c’est d’ailleurs bien pour ça que c’est si bon (et qu’on n’ose parfois plus assumé)! Alors, aujourd’hui, on vous demande d’être niais avec nous pour le plaisir d’être amoureux juste le temps de cette journée…

Et puis, on compte sur vous pour nous montrer votre côté fleur bleu et nous confier vos chansons d’amour à vous, sérieuses ou ridicules, ça n’a pas d’importance, du moment que cela nous donne envie aujourd’hui de retrouver son Valentin ou sa Valentine!

Audrey et Francis

19 réflexions sur « Rubrique (Spécial St-Valentin): Les Chansons d’Amour »

  1. Deux exemples qui me touchent particulièrement. Cette ritournelle de Piaf qui couvre les cycles d’amour, et qui répond à des questions douloureuses « Toi tu es le dernier, toi tu es le premier, avant toi il n’y avait rien, avec toi je suis bien… » Aimer et prendre soin de l’autre.

    J’aime

  2. J’avais saisi deux commentaires: une question sur la chanson de Llach pour comprendre ce qui pouvait être perçu comme transgressif en d’autres temps? En lecture survolée j’ai ressenti un texte en demi-teinte, Amour et absence. Ensuite merci pour m’être replongé dans l’univers Brésilien, je vais de fait y retourner pour chroniquer quelques géants. Chico Buarque (Construçao ma référence), je ne connaissais pas cette période ni Pierre Barouh dont le timbre de voix se fond bien dans cette version, comme Moustaki il a trouvé le ton idéal pour restituer cette légèreté qui me touche particulièrement chez certains artistes Brésiliens… Sinatra y a retrouvé quelques forces.

    J’aime

    1. Lluis Llach a été la bête noire de Francisco Franco. Du temps du sinistre dictateur, il ne faisait pas bon afficher son homosexualité. Mais Lluis Llach a composé cette chanson 9 ans après la mort du caudillo, à une époque nettement plus tolérante (il n’y avait pas de mal). Au temps du franquisme, Luis Llach a plus d’une fois terminé ses concerts en prison, lorsqu’ils n’étaient pas purement et simplement interdits. Mais là, ce n’est pas sa vie personnelle qui justifiait cette censure. Mais bien son engagement politique pour une Catalogne libre, autonome puis indépendante.

      J’aime

      1. Quant au Brésil, je t’encourage vivement à t’y lancer. J’ai souvent publié sur des artistes latino-américains, mais j’ai toujours hésité à aborder le Brésil: trop vaste, trop complexe, trop riche (culturellement). Et puis je ne parle pas la langue. J’ai pourtant commencé une compile pour Jimmy, il y a deux ans, toujours pas achevée. Elle est consacrée à Milton Nascimento.

        J’aime

      2. Merci pour l’explication, j’ai été cherché un peu de mon côté et découvre effectivement qu’il est encore très actif pour cette autonomie, sujet sensible encore aujourd’hui

        J’aime

  3. Hello Zocalo, à propos de ton encouragement, j’approuve mais comme tu ne connais pas bien mon blog, tu ne connais pas ma relation avec cette musique. J’ai un ami qui est amoureux et expert d’une période de la musique brésilienne, du coup j’ai un fil suivi, distendu, où j’explore les albums époque MPB…
    J’en raconte une partie ici
    https://gaitapis.blogspot.com/2015/08/bresil-et-le-mpb-un-fil-reactiver-ou.html

    J’aime

  4. Dernier commentaire: ma compagne ma bien chambré sur le thème « Quoi? Tu ne connais pas Pierre Barouh?? Incroyable » Effectivement en cherchant sur sur Wiki le cheminement du monsieur est impressionnant.
    Complètement passé à côté. Pourtant je m’intéresse beaucoup à la maison de disque SARAVAH,

    J’aime

    1. Je suis totalement solidaire de ta compagne. Pierre Barouh est l’un de mes musiciens fétiche, à égalité avec Lo‘Jo. Et concernant ton blog, je n’ai jamais compris où on pouvait DL les albums.

      J’aime

      1. Je les propose en DROP BOX pour ceux qui me donnent une adr email, et à la demande aussi avec le même moyen. Mon ancien BLOG GET HAPPY (tu notes la subtilité du nouveau nom) a été interdit par Google, les ayant droit etc…

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s