D’habitude, j’aime bien mais, la, j’aime vraiment pas celle-là (3)- The Beatles- Lucy in the sky with diamonds

Cette rubrique est là pour dire tout la mal d’une chanson que tout le monde adooOOORE mais pas vous, alors, si vous aussi en avez une dont vous voulez retailler le portrait (en toute mauvaise fois, bien entendu, mais c’est tout le plaisir caché de cette rubrique), notre blog est là

Je me faisais la réflexion qu’autant il était facile de s’en prendre aux Rolling Stones (Oui, je pense à Angie (ce titre a dû être écrit rien que pour donner satisfaction aux rockers de critiquer le groupe), à n’importe quel titre de Dirty Work (à défaut de Blue To Black), et certainement plein d’autres que je ne connais sans doute pas bien, tellement leur discographie mélange le sublime et le dispensable), mais que, pour les Beatles, la question était plus difficile.

The Beatles 1968-2018”, cinquante nuances de blanc

Vous trouvez que s’attaquer à ce groupe est un acte blasphématoire? Eh bien raison de plus de se pencher sur leur dossier!

L’art de ne pas se tromper de cible

Oui, je sais, si on doit attaquer le groupe, il y a quelques morceaux de choix. Vous pensez certainement au long et interminable Revolution 9. Ou bien à Without you qui saccage à lui seul l’unité d’un album. Mais, désolé, ces deux morceaux sont exactement ce qu’ils sont et doivent être: des morceaux expérimentaux. Pour le premier, un collage sonore (que, pour ma part, je zappe très rarement) qui est, pour le coup, révolutionnaire dans le format pop (et qui, pour de l’avant-garde, reste très accessible), et pour le second, un mélange de culture auquel nos oreilles ne sont pas forcément très habituées et qu’il n’est pas aisé de juger sur pièce. Et qui, quand on est un peu honnête avec soi, est une réussite dans le genre, d’autant plus qu’il y a une vraie prise de risque de la part de Georges Harrison. En effet, en aucun cas il fait semblant ou dans le décoratif, c’est pas comme pour les (pourtant géniaux) Paint it, black ou I’m only sleeping. Ici, il se frotte ouvertement à la vraie musique indienne, avec sincérité. Rien que le geste mérite nos égards.

The Beatles - Sgt Peppers Lonely Hearts Club Band - impression sur toile de  grande qualité - Photowall

Ou bien vous allez me dire que c’est très facile et que j’exagère, parce qu’il y en a plein d’autres, comme Ob-la-Di Ob-la-da, et toutes ces chansons un peu crétines dont le groupe prenait plaisir à pondre comme des blagues qu’on pourrait filer à Ringo. Oui, mais elles le sont volontairement. Et, en plus, leurs mélodies sont plus fortes que nous, on ne peut s’empêcher de les chanter… Comme quoi, les Beatles étaient vraiment un groupe extraordinaire…

Ou alors certains titres de Magical Mystery Tour qui font plus « face B » de 45t que véritables morceaux d’album. Oui, mais ce n’est pas exactement l’esprit de cette rubrique, qui est de s’en prendre à une institution que certains aiment (et non pas le titre dont tout le monde se fout)… Il y manque cette petite part de mauvaise foi assez jubilatoire…

Trêve de plaisanterie, passons aux choses sérieuse!

Donc, j’ai choisi Lucy in the Sky with diamonds qui coche assez bien pour cette rubrique. Soyons clairs, c’est du genre qui aime bien châtie bien. Dire que je n’aime vraiment pas est très exagéré. Et si vous voulez prendre sa défense, Wikipedia s’en charge déjà très bien.

Mon premier grief est qu’elle vient de Sgt Pepper’s lonely heart club band, pour moi l’album le plus surestimé des Beatles. Notez que cela ne signifie pas qu’il est mauvais ou que je ne l’aime pas, mais la déférence qu’on a à son égard, comme si c’était une pièce intouchable de la musique pop, m’agace profondément. Clairement, la plupart des chansons (à deux ou trois magistrales exceptions près) sont très en-dessous de ce que le groupe nous a globalement proposé. Aussi, quand j’entends le gars du 20h dire que c’est le plus grand album de l’histoire et voir qu’on a besoin d’un invité de marque pour que les téléspectateurs sachent à quel point c’est vrai, j’ai envie de pleurer.

Ensuite, je dois avouer que j’ai du mal avec le collage Couplet/Refrain de la chanson. Ce n’est pas une chanson, mais deux morceaux qu’on a plus ou moins collés approximativement. Et sur lequel on aura tout fait pour que ça ne se voit pas (trop), en créant des ponts ou des transitions assez habiles… Et sur A day in the life, il fait pas pareil? Oui, mais le titre, lui, fait partie des plus belles chansons du monde, donc on ne le touche pas… D’ailleurs, sur LSD, je préfère presque plus les ponts et transitions que les deux principaux morceaux de choix.

Certains vont aussi dire que cette magnifique ligne de clavecin en ouverture, on ne peut pas la critiquer… Oui, mais bon, aujourd’hui, avec un synthé, on fait pareil et ce n’est pas non plus du Erik Satie. Et puis cela ne retire rien à ce foutu refrain qui ne vous laisse pas d’autre choix que de le chanter. On dirait que Lennon prend une grosse louche et vous le coule de force dans les tympans. Avouez qu’il y a plus subtile comme refrain dans le monde de la musique, y compris dans la pop. Même les Bee Gees avec Stayin alive le sont davantage, et de loin (réécoutez avant de critiquer)…

The Beatles : un enregistrement inédit révèle qu'"Abbey Road" n'était pas  l'ultime album

Enfin, il y a cet argument à deux balles de John Lennon sur le titre pour nier qu’il s’agit d’une chanson écrite sous emprise psychédélique. C’est un peu comme si le groupe c’était rendu compte que c’était un peu too much ou pas forcément une bonne idée. Ou tout simplement une blague qu’ils auront trouvée drôle de faire gober à la presse et à la terre entière. Et le pire est que ça a marché. Vous trouverez toujours une personne pour dire que, non, LSD n’est pas une chanson qui parle des effets du LSD, mais d’un joli dessin d’un petit garçon à son papa.

Et puis, je pourrais presque tenter un dernier argument et dire que la chanson a été reprise par Elton John… mais le bougre a réussi à fluidifier le couplet et le refrain…

Reste pour moi le seul argument valable pour la défendre (et qui rend l’album Sgt Pepper magnifique malgré mes efforts pour en dire du mal): un groupe qui aura voulu changer le monde en le rendant meilleur avec ses chansons et surtout rendre les gens plus heureux avec leur art et une musique pleine de couleurs. Et pour ça, effectivement, Lucy in the Sky with diamonds est une merveilleuse réussite.

Francis

Donc si, vous aussi, vous en avez une qui vous donne des boutons, contre l’avis générale, vous n’avez qu’à nous contacter ici pour ça.

9 réflexions sur « D’habitude, j’aime bien mais, la, j’aime vraiment pas celle-là (3)- The Beatles- Lucy in the sky with diamonds »

  1. Exercice marrant. Mais ce sont des arguments subtiles pour un titre qui me semble faire parti des bonnes chansons, quelques lignes mélodiques joliment trouvés etc…
    Je sais que « Ob la di » (comme le « da da » de Police) m’énerve et la blague est bien longue.. et comme on dit « les plus courtes… » Ma déception serait « Hey Jude » avec sa fin bien trop longue sauf reprise par Wilson Pickett. Lui sait faire de la voix.

    J’aime

    1. C’est un petit plaisir de cette rubrique de jouer avec la mauvaise foi. Cela dit, j’espère qu’on comprends bien que je suis loin de ne « vraiment pas l’aimer celle-là ». ^-^

      J’aime

    1. Moi, j’adore Come Together. Sa ligne de basse, sa structure, je suis toujours sidéré par la modernité de ses arrangements. OJe suis sûr que Prince s’en est inspiré pour Sign o The times!

      J’aime

  2. Voilà bien un petit exercice (cf Dev’) plutôt amusant et qui m’a fait réfléchir…
    Des chansons insupportables, j’ai eu ma dose à en jouer et écouter puisque repiquer du temps où je faisais du balluche. Pour le coup, tout le monde (ou presque) les appréciaient, mais les jouer et trouver un biais pour y trouver le plaisir c’était autre chose (je pense au Sarbacane de Cabrel avec heureusement ce break de batterie phénoménal de Katché, parce que sinon…).
    Puis le temps a fait son affaire et certaines sont restées en fait en souvenirs plus que potables (vrac: Madonna, Mauranne, Jonasz, et même Claude François, si, si…) … qui plus est, vu la M… récurrente qui nous assassine les oreilles avec les tubes à 1 € d’aujourd’hui.
    Prendre un truc que tout le monde adore le temps d’un clip rapidos sur TF1 ou d’un été démasqué et le fracasser finalement c’est pas si difficile…

    « Get Lucky » est un bon exemple… qui plus est je le joue parfois (défait et destructuré et finalement heureusement de moins en moins) en électro, mais aussi relifté complètement en mode jazz…
    Tout là dedans me gonfle… Arsenal de mélodies inévitables, sur seulement quatre accords dignes d’un devoir d’harmonie de cycle 1 seconde année, récup’ par la prod aux petits oignons et mise en synthèse de tout ce qu’une « mode » sons, tempo, musique, etc… peut avoir en un flash de qq mn. Comment le pouvoir d’un tel truc opère ?…
    On en a parlé avec mes amis zicos, on sait le comprendre, l’analyser et même avoir idée du truc… Seulement comme pour tant d’autres on doit s’incliner – et reconnaitre qu’une seule fois, si l’on avait malgré le fait d’avoir compris les mécanismes, trouvé un truc pareil, nos quotidiens financiers seraient bien différents…
    « Happy » m’a fait le même hérissement, en pire… oui en pire…
    Et puis le « All about that bass », qui reste un formidable outil pédagogique pour la main gauche… et qui va te harceller la tête dès que t’as passé cette ligne en un tour…

    Moi, perso, je mets « Valerie » de Amy au dessus de la liste de tout ce qui m’exaspère en musique… je sais qu’il va y avoir des réactions, mais en fait, tout comme « Rehab » (qu’avec un ami batteur on s’est interdit de le jouer même en remplaçants ou adjonction quand on est en groupes) ça fait vraiment partie de ce qui m’insupporte au plus haut point…
    (pourtant y’a une version de Jeff Lorber…) – En fait si je devais choisir une chanson ce serait l’une de celles de Amy W… je n’y trouve rien, strictement rien alors que tout le monde crie au génie, moi… bof… mais ça a le don de me gonfler (éternel débat avec un de mes collègues profs qui jure bcp par elle)…

    LSD, tiens, je l’ai joué hier soir au piano chez un client… pour voir et repenser à cet article.
    Effectivement le refrain avec une seule phrase… et l’intro, suite à l’article je me la suis transformée en Satie, pour l’amuser un peu…
    mais c’est surtout la partie B en si bémol que je trouve innovante…
    Et pour les collages et toute l’affaire autour de cet album, je préfère aller rencontrer ceux de Teo Macéro avec Miles ou me plonger dans le Dark Side de Floyd.
    Mais, offrez à un zicos un nouvel outil qui permet d’expérimenter, d’essayer et de faire joujou… et vous verrez… donc Sgt Pepper, c’est un peu (et presque plus que) ça.
    Bon…
    A chacun ses mauvais bons goûts…
    Et sensations… tiens d’ailleurs…
    Allez, bon w end prolongé.
    décidément, ici on s’ennuie pas … 😉

    J’aime

    1. Ton propos sur Get lucky est bizarrement complètement synchrone avec notre prochain billet, où on parle de ça justement. La magie du hit. J’entends par là le vrai hit qui vient de nulle part, pas celui qu’on fabrique à la chaine et qu’on oublie 2 mois après, non, celui qui reste dans les mémoires et qui est universel et intergénérationnel, qui pourtant peut être parfaitement crétin ou ringard quand on est snob.

      Dark Side of the moon, j’ai un rapport distant avec. Son côté planant, les bruitages/transition ( que j’ai à chaque fois envie de zapper, c’est pourquoi je ne pourrais pas l’avoir en vinyl), tout ça n’est pas trop mon trip. Je préfère celui bariolé des Beatles (contrairement à ce que je laisse entendre, je l’aime bien, mais c’est plus l’aura qu’il a dans l’histoire de la pop musique qui m’agace un peu, parce que tout ce qu’on dit de lui, il faudrait que le quidam de base connaisse plutôt à la place Pet Sounds).

      J’aime

      1. Le hit et ses ficelles…
        J’ai fait nb de cours, conférences, etc sur le sujet…
        On peut analyser, expliquer, mais pourtant…
        Tiens, je pense à Can’t take my eyes off you…
        Quand je jouais en régulier sur un bar / resto de plage on faisait trois voire quatre sets…
        Dès que la terrasse se vidait, tu jouais ce titre et hop les badauds entraient et consommaient…
        C’était notre « titre d’appel » pourtant on je jouait en bossa ou sur walkin’ bass pas franchement Communards… mais dès le pont tous les verres se lèvent et chose curieuse, il est instrumental alors tous font padap, padap… inexplicable…

        Dark Side c’est un rapport que j’ai particulier avec ce disque, donc je ne débats pas là dessus, il a été l’un de mes axes de cours fac sur une entrée en musiques dites actuelles avec tout un tas de ficelles stylistiques…
        C’est aussi l’un de mes premiers albums et j’ai dû vraiment m’y pencher car pour un gamin c’était plutôt tant inédit qu’austère…
        Donc mérité.
        Mais j’ai encore fait un long chemin sur lui et encore récemment on m’a demandé un autre cours sur cet album (décidément ça me poursuit) et j’ai trouvé d’autres entrées…
        Inépuisable à mon avis, mais ça reste un avis de plus, affectif.
        donc subjectif…

        J’aime

  3. rubrique intéressante.
    à propos des Beatles, il y a quand même un paquet de chansons qu’on pourrait y faire figurer, ne serait-ce que dans leur première partie de carrière (la « Boys Band »). Concernant Sergent Pepper je l’aime beaucoup mais, effectivement, c’est loin d’être mon préféré du groupe. j’aime assez LSD, en titres dispensables je mettrais plutôt ‘She’s Leaving Home » ou « When i’m 64 ».
    Mais là où je suis le plus surpris, c’est que personne n’a cité la PIRE chanson des Beatles, qui ferait passer « Yellow Submarine » pour un chef d’oeuvre: « Maxwell’s Silver Hammer ». Affreux !

    J’aime

    1. On dirait que tu as une dent contre les chansons de MACCA! ^-^C’est vrai que Mawell’s Silver Hammer aurait pu avoir une place de choix . Très bon choix! Mais je ne suis pas sûr que beaucoup de personne l’aime bien celle-là. Or, dans cette rubrique, on aime bien provoquer un peu.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s