Un petit vent de nouveauté (6): The Weather Station- Ignorance (2021)

La fin d’année approche et on vous avoue qu’on se demande un peu quels seront les disques qui retiendront l’attention des palmarès. En tout cas, le blog a été pour nous l’occasion de rester davantage ouverts à l’actualité musicale. Bien sûr, nous n’avons pas la prétention d’être devins, mais on apprécierait de vous avoir fait découvrir quelques uns de ces disques.

Une chose est sûre, c’est qu’il y aura des artistes féminins et que plusieurs sont en lice. D’abord, Lana del Ray qui confirme qu’elle s’inscrit dans la durée et est devenue une valeur sûre, là où elle paraissait une sorte de coup médiatique à ses débuts. Puis ensuite, il y a de belles découvertes, comme St. Vincent (la personnalité la plus audacieuse), Fay Webster (la plus discrète), Arlo Parks (la plus doucereuse) et que Pascal a évoqué aussi avant l’été sur son blog Life sansations music II).

Tamara Lindeman – Weather Station – Workman's Club – No More Workhorse

Pour notre part, nos faveurs iraient à ce jour The Weather Station avec son album Ignorance, sorti en début d’année. Et on fait le pari avec vous qu’on le retrouvera dans les palmarès 2021.

Le groupe, originaire du Canada, n’est pas pour autant un nouveau puisqu’il existe depuis plus de 10 ans et a sorti déjà 5 disques. Il est menée par sa chanteuse et actrice Tamara Lindeman. Voilà pour le pédigrée Wikipedia… Et on en sait guère plus de notre côté.

L’album en question s’inscrit clairement dans la tradition des musiques écrites par des femmes, à savoir que l’univers est feutré, intimiste. Il propose une écriture est d’un grand classicisme qu’on gagne assurément avec les années et également avec les doutes sur son art, sauf qu’ici, le groupe montre une belle assurance, sans en faire trop.

Le premier single extrait d’Ignorance

J’aime particulièrement la sophistication discrète de la musique. Il y a des arrangements soyeux de cordes, la voix n’en fait pas trop, même si très maitrisée, tout en suggérant une personnalité plus forte qu’il ne parait. Ce n’est pas le genre d’albums pour lequel on partirait en croisade, parce qu’il n’y a pas la folie, l’exubérance ou la fulgurance qui fait prendre les armes, mais c’est plutôt un compagnon à long court, dont on découvrirait les qualités au fil du temps passé ensemble et sur qui on sait pouvoir compter.

Au final, on se retrouve avec des chansons de haute tenue et un album sans temps faible. On plonge alors dans un univers intimiste qui révèle peu à peu sa richesse d’âme, loin du tape à l’œil et de l’esbrouffe qu’on peut découvrir dans les charts. Il est d’ailleurs difficile de « vendre » un tel disque, car ses qualités sont celles qu’on trouve dans la retenue et la justesse, ce qui est certainement un très mauvais argumentaire marketing de nos jours. J’aurais voulu vous parler d’un disque qui nous transporterait, qui susciterait de l’enthousiasme. Or, ce disque ne propose que ses chansons et rien d’autres. Et c’est pourquoi j’ai envie de le défendre.

Ma chanson préférée de l’album

Donc j’avoue ignorer quoi vous dire pour vous donner envie de le découvrir si ce n’est que c’est un disque écrit pour soi en forme d’écrin. Et vous n’aurez qu’à y poser doucement votre tête pour laisser vos oreilles le savourer.

L’album n’est pas parfait (mais qui en écrit?), sans doute les chansons ont-elles un son un peu uniforme, mais il est court et donne l’impression d »être le témoin d’une confession. J’aime beaucoup l’intimité qu’il tisse. En tout cas, je suis prête à tenir le pari avec vous sur sa place dans les palmarès 2021…

The Weather Station- Ignorance (2021)

ignorance
  1. Robber
  2. Atlantic
  3. Tried to Tell You
  4. Parking Lot
  5. Loss
  6. Separated
  7. Wear
  8. Trust
  9. Heart
  10. Subdivisions

La météo est plus clémente ici….

Audrey

13 réflexions sur « Un petit vent de nouveauté (6): The Weather Station- Ignorance (2021) »

  1. Ecouté, apprécié, directement mis en favoris afin tant d’écouter que faire découvrir au boulot – bien complémentaire de nombre de ces artistes féminines qui ont pris désormais une place incontournable dans la sphère musicale.
    Ca m’a donné l’idée d’une chronique justement sur les femmes compositrices au delà de simple interprètes. Pas si ancien que ça cette « respectabilité ».
    On peut d’ailleurs en parler au niveau des cheffes d’orchestre…
    bref ça m’interpelle et cette découverte a qui sait, été un élément de réflexion.
    merci.

    J’aime

      1. Piste Scrotum : extrait d’une lettre du père Mendelssohn à Fanny :

        « La musique deviendra peut-être un métier pour Félix, alors que pour toi elle doit rester seulement un agrément mais en aucun cas la base de ta vie et de tes actes. […] Ta joie sincère devant les louanges dont bénéficie Félix démontre qu’à sa place tu en aurais mérité autant. Reste fidèle à ces sentiments et à cette conduite car ils sont féminins, et seul ce qui est féminin peut être un attrait pour ton sexe. »

        J’aime

      2. Edifiant que cet extrait.
        merci de l’avoir partagé, ça va bien me servir…
        quand aux palmarès, en général c’est le reflet d’une somme d’auditeurs… s’il s’agit du notre, contentons nous en… petit comité oblige.
        mais il suffit de penser à « the voice » pour que ce mot effectivement me fasse sursauter.
        ahhh…. « the voice » palmarès de la voix la plus gueularde et démonstrative inutile…
        enfin bref…
        je vais écouter fanny…

        J’aime

  2. Tout d’abord, un Grand Merci Pascal. La foudre s’est battue sur moi. Don Sebesky. « Giant Box » et « Three Works for Jazz… » tournent en boucle sur mon lecteur. L’influence permanente des russes (Prokofiev entre autre) me ravit. Fan de Bernard Herrmann, je ne peux qu’adorer. En cherchant des infos sur D Sebesky, je suis tombé sur l’un de tes commentaires (2014 il me semble) ou tu remerciais chaleureusement le bloggeur.
    Zocalo, si tu apprécie F Cabrel, je te conseille son vin. Domaine du Boiron, « Suivi des fées », vin Bio. Sur un gibier, excellent. Fruité, puissant, du caractère. Un ravissement des papilles. Problème, difficile d’en trouver près de chez soi. Le prix, approx 12 balles, le prix de n’importe quel bio. L’homme a toujours cultivé la discrétion. Les cavistes à qui j’en ai parlé, ne connaissaient pas l’existence de son vin.
    Sans transition, Merci Keith, pour Roky. Je te claque la bise. Tu t’es rasé au moins?
    Eric.

    J’aime

    1. Whao, merci de ce retour.
      Sebesky j’ai fait pareil quand je l’ai enfin ciblé (arrangeur chez tant d’artistes CTI et sous son nom) – impossible de m’en défaire.
      En bon épicurien je note avec grand intérêt que F Cabrel a un domaine.
      Je vais de ce pas me rencarder auprès de mon caviste préféré afin qu’il se débrouille pour m’en procurer.
      Comme quoi ces échanges blog c’est tant déviant que surprenant, ou autre d’ailleurs.
      à +

      J’aime

  3. J’ai tardé à venir commenter ici, mais du coup j’ai repassé l’album et j’ai bien fait, je n’ai plus aucune réserve, c’est captivant. J’ai lu un internaute les comparer à « Fleetwod Mac rencontrant le style mellow electro jazz » Ha ha, c’est le jeu. Je pensais à une écriture à la Eurythmic avec une Annie Lenox moins dans la démonstration.
    Bon, cette voix enchante, se permet des virages enchanteurs. Donc merci, moi qui ai un peu abandonné les créations de cette année

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s