Les Théories du Rock (6) : Les albums Tribute ont-il vraiment une utilité ?

Cette rubrique, derrière la notion de « théorie », n’a pas la prétention d’être sérieuse, mais de réfléchir un peu sur le propos. C’est aussi l’occasion pour nous de vous présenter un disque pour l’illustrer avec bonne ou mauvaise foi (mais si, vous aussi, vous avez des « théories » sur le rock (notez bien les guillemets), notre blog vous est ouvert, pour ça, cliquez ici).

Allez, on finit notre Zoom (ou Galaxie du rock) sur Peter Case, quasiment en beauté avec ce tribute que même les réfractaires devraient aimer tellement il illustre ce que la musique américaine a de plus beau lorsqu’elle s’inscrit dans l’authenticité la plus pure.

Peter Case Tour Dates & Tickets 2021 | Ents24

Là aussi, on ne va pas se répéter, mais on ne connait pas très bien la carrière solo de Peter Case. Mais tout ce qu’on connaît de lui donne envie d’en savoir davantage. Preuve à l’appui, on vous propose ce splendide et copieux projet d’hommage à sa musique. On entend déjà certains dire que, 3 CD soit 48 chansons de Peter Case, ça fait sans doute un peu beaucoup. Au risque de vous surprendre, si ce genre de disque est généralement totalement anecdotique et voué à être très vite oublié, cette compilation pourrait être une magnifique exception pour plusieurs raisons.

Il est vrai que, si vous êtes comme moi, dans ce genre de projets, je me limite principalement à les écouter qu’une ou deux fois en jetant principalement une oreille sur les reprises des artistes que je connais et qui m’ont généralement donnés envie d’y prêter attention, en me disant que les autres sont par nature forcément anecdotiques.

Or, ici, on se trouve majoritairement face à des illustres inconnus. Certes, ci et là, on a quelques artistes qui crédibilisent le projet mais ce serait se tromper complètement à vouloir ne retenir qu’eux.

Et puis, il se trouve que je connais quasiment pas le répertoire en question et que le disque est justement l’occasion pour moi de l’approfondir (et notamment certains titres des Nerves sortis de leur carapace Power Pop qui peut distraire certaines oreilles et faire passer à côté d’elles pour les réfractaires du style). A l’écoute du disque, on ne peut qu’être saisi par la remarquable unicité de ton que dégagent les chansons. On est là face à un choix esthétique d’une grand pureté. Le son est taillé dans l’authenticité, ce qui donne immédiatement un cachet sans âge. Ici, peu d’effet de style ou de velléité de sonner moderne. On est dans de la pure musique américaine qui se balade avec élégance entre rock, blues, folk, soul.

A dire vrai, on se moque de savoir de quels bois sont faites les chansons, car on devine à chaque seconde la sincérité du geste et le respect à l’égard du matériau d’origine. Respect, dans le sens où on ne cherche pas à tirer la ouverture à soi mais qu’on œuvre bien pour contribuer à faire mieux connaître le travail de Peter Case et sa place dans la musique américaine. Bien entendu, on entend bien sur les quelques titres que je connais que les versions ne sont pas forcément des copies conformes de l’original, mais toutes s’insèrent parfaitement dans l’ensemble.

Pour ceux qui trouvaient The Nerves répétitifs, un titre magnifiquement revisité…

Ce qui surprend, c’est aussi de se rendre compte que, même avec 60 chansons, on se dit qu’on en a certainement pas encore fait le tour. La musique dessine un portrait des plus attachants qui soit, humble, avec son approche profondément artisanale du travail. Une musique qu’on devine écrite plus par besoin que par calcul et dont le but serait de trouver sa plus juste expression, peu importe le style nécessaire pour cela, du moment que les matériaux employés soient sans âge. Je suis certain qu’on pourra écouter ce disque dans 20 ou 50 ans avec le même plaisir sans être capable de le dater précisément.

Pour ceux qui trouvaient The Plimsouls répétitifs, un titre magnifiquement revisité…

Alors, il convient de saluer tous ces artistes pour avoir su restituer l’esprit qui anime Peter Case de si belle manière. On devine à chaque instant le plaisir qu’ils ont eu à participer à ce projet, ce qui fait d’ailleurs toute sa réussite. Et de nous offrir un large panel du talent de l’auteur.

En attendant, on espère vous avoir intéressé quelque peu pendant ce Zoom sur Peter Case et qu’on vous aura donnez envie de le décourvrir.

Peter Case: A Case For Case: A Tribute To The Songs Of Peter Case (2006)

CD 1:
01 Hayes Carll – Beyond The Blues (3:10)
02 Maura O’Connell – Blue Distance (3:56)
03 Lester Chambers – Walking Home Late (4:52)
04 Tom Russell – A Little Wind (Could Blow Me Away) (5:47)
05 Sam Baker – Still Playin’ (4:52)
06 Chuck Prophet – Three Days Straight (3:00)
07 Jackie Greene – Ice Water (2:25)
08 Susan Cowsill – Honeychild (6:14)
09 Mark Winsick Band – Rise And Shine (4:57)
10 Chris Smither – Cold Trail Blues (4:19)
11 Jode Manross & Laith Keilany – Green Blanket (4:09)
12 Bob Neuwirth – Power, Lust & Money (5:20)
13 Richard Buckner – Poor Old Tom (5:05)
14 Kim Richey – First Light (4:54)
15 Timothy Bracken – Turnin’ Blue (4:25)
16 Victoria Williams – Drunkard’s Harmony (4:44)

CD 2:
01 Dave Alvin – On My Way Downtown (4:38)
02 Joe Ely – Put Down The Gun (4:37)
03 Todd Snider – Travelin’ Light (4:05)
04 James McMurtry – Old Part Of Town (5:32)
05 Ronny Elliott – Horse And Crow (4:01)
06 Mary Battiata – Paradise, Etc (4:41)
07 Last Train Home – Baltimore (3:27)
08 Amy Rigby – Beautiful Grind (4:04)
09 Will Kimbrough – Moves Me Deeply (3:24)
10 Pieta Brown – Spell Of Wheels (5:13)
11 Gurf Morlix – Evening Raga (5:10)
12 Amilia K Spicer – Never Coming Home (2:27)
13 Jesse Denatale – I Hear Your Voice (5:34)
14 Claire Holley – Two Angels (3:31)
15 Peter Mulvey – Hidden Love (3:35)
16 Gary Heffern – I Shook His Hand (4:13)

CD 3:
01 Timothy Bracken Three-Way – Everyday Things (2:46)
02 The Kennedy’s – Great Big World (2:56)
03 Chris Gaffney – Zero Hour (2:34)
04 Western Electric – When You Find Out (4:29)
05 Brindley Brothers – Oldest Story In The World (3:32)
06 Steve Wynn – Million Miles Away (5:08)
07 Brad Rice – Something’s Coming (3:41)
08 Mark Mulcahy – Small Town Spree (3:36)
09 John Prine – Space Monkey (5:10)
10 Steven Jackson – Crooked Mile (4:16)
11 Bill Kirchen – This Town’s A Riot (4:27)
12 Mike Martt – Wake-Up Call (3:30)
13 Kevn Kinney – Walk In The Woods (6:23)
14 Marvin Etzioni – Old Blue Car (3:06)
15 Jeffrey Foucault – Entella Hotel (5:30)
16 Peter Case – Beyond The Blues (Live) (3:55)

Si il vous manque une case, vous devriez la trouver ici.

Donc, si, vous aussi, vous avez une théorie du rock ou une nouveauté que vous souhaitez partager, notre blog vous est ouvert, et pour ça, cliquez ici.

Francis et Audrey

9 réflexions sur « Les Théories du Rock (6) : Les albums Tribute ont-il vraiment une utilité ? »

  1. Je vois d’un côté une réunion d’inconnus autour de Peter Case, et d’un autre côté un conglomérat d’artistes à la notoriété suffisante pour qu’un marketeux leur ait commandé une énième reprise du Velvet Underground.

    J’aime

    1. Je ne devrais pas le dire. Mais en l’occurence, c’est pas forcément les plus connus qui ont fait les plus belles reprises… À moins que cela venait des chansons elles-mêmes parce que je ne les connaissais pas toutes…

      J’aime

  2. Ne sois pas réfractaire Individu. Les chansons proposées préparent le sommeil. Après le dur labeur de la journée, c’est appréciable. On peut leur préférer L’Original, certes. Looking for Peter Case? Yes
    Eric.

    J’aime

  3. Drôle de titre, en fait. Par extension, la musique a t-elle une utilité? je pense qu’on connait tous la réponse. Ceci étant s’il est question de ce tribute là, la réponse est non. Je n’aime pas plus les originaux d’ailleurs. CQFD. (Merci quand même pour la découverte dudit Peter Case avec vos billets.)

    J’aime

  4. Une reprise n’a d’intérêt que si elle s’éloigne suffisamment de l’originale pour en faire une « re-création ». Si c’est pour écouter un copié/collé, autant écouter l’originale qui sera TOUJOURS supérieur.

    J’aime

    1. pas d’accord du tout, Keith. Prends Bob Dylan par exemple : je n’aime pas sa sa voix nasillarde, donc toute cover de Dylan est bonne à prendre. Sauf si elle est chantée par Liam Gallagher évidemment.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s