Compil’ Maison (4)- Winter is coming

Février approche, l’hiver est donc plus que là. Donc chose promise, chose, due, cette fois, c’est moi qui m’y suis collée. Ce qui veut dire que vous avez encore 2 à 3 semaines pour nous proposer votre vision du thème. Merci de nous prévenir si vous êtes partant (on en a déjà reçu deux). Si vous hésitez, on vous explique le principe ici.

Pour cette compilation « Winter is coming », je suis partie de ce que suggérait en moi le mot hiver. D’abord, il y a le froid, l’immobilisme et le silence. Ce sont les paysages enneigés ou glacés, où chaque son semble étouffé. Puis, il y a aussi la grisaille, le vent glacial et le manque de soleil qui provoque ce blues que l’on connaît tous plus ou moins après les fêtes de fin d’année.

Winter walk Pictures, Winter walk Stock Photos & Images | Depositphotos®

Mais il y a une autre dimension dans l’hiver qui va un peu à l’encontre de tout ça, notamment quand on pense à l’enfance. En effet, il y a aussi la joie des enfants quand il découvre le tapis blanc de neige dans lequel ils vont pouvoir jouer.

Et enfin, il y a le bleu infini du ciel avec cet air très pur quand l’anti-cyclone de Sibérie nous apporte ce ciel dégagé à perte de vue avec le soleil qui illumine les paysages, qui, s’ils sont glacés, en deviennent magnifiques.

Donc j’ai cherché les musiques qui suggéraient ces images et ces émotions. J’ai aussi décidé de laisser une large part aux musiques instrumentales qui collent bien à cette notion de silence et de mettre un peu plus d’artistes français que je n’en écoute d’habitude. Au final, ma compilation est une K7 de 90mn composé de deux disques, soit 4 faces. Pas très rock, plutôt atmosphériques.

Et maintenant, voici ce que cela a donné avec la revue en détail…

Face A

Globalement, c’est celle qui me satisfait la moins car elle manque un peu d’unité. C’est une face un peu figé, un peu déprimé qui évoquerait la difficulté de traverser l’hiver.

A1- Miles Davis- In a slient way (new mix)

Je préviens tout de suite, il s’agit d’une version tronquée qui, je le conviens, est assez blasphématoire. Mais 20mn pour un titre, c’est malheureusement trop pour ce genre de compilation. Reste cette intro à l’immobilisme qui colle bien au thème et qui lance plutôt bien la compilation.

A2- Goldfrapp- Jo

Ce morceau cite Brel et dégage une ambiance un peu onirique et profondément mélancolique. On y voit les stalactites glacées qui brillent au soleil, le chalet dans la neige. Et cette voix d’ange qui chante le silence et l’absence.

A3- Dominique A- Le courage des oiseaux

C’est le morceau que j’ai eu le plus de mal à caser avec ses sonorités synthétiques de pacotille, mais j’y tenais, rien que pour entendre la phrase « Le courage des oiseaux qui chantent dans le vent glacé ». Des fois, on se dit que, oui, cela doit être difficile d’être un oiseau. Et d’autres qu’on aimerait effectivement bien avoir leur courage de chanter quand il fait si froid dehors.

A4- The Pink Floyd- pre Cymbaline

Miles Davis était tronqué, mais Pink Floyd est augmenté. Il ne s’agit pas de la version studio qui figure sur More (que je préfère et qui est l’une de mes favorites du groupe) mais une version plus ample, moins acoustique. L’ambiance n’y est plus pastorale mais glaciale, flottante, plus menaçante et rock également. Elle colle parfaitement au thème.

A5- Ennio Morriccone- Viaggio

Il s’agit du thème du western Le Grand Silence de Corbucci qui se déroule dans la neige (et qui est l’une des références de Tarentino pour les 8 Salopards). Pour qui a vu le film, difficile de ne pas imaginer le hros sur son cheval en train de progresser dans la neige comme il peut. Un morceau parfait pour clore cette première face de disque et installer le climat de la suivante

Face B

Initialement, c’était celle qui débutait ma compilation. Mais pour des raisons de rythme, j’ai préféré la placer en seconde place. Cette face évoque plutôt le froid sec et ensoleillé.

B1- The Durutti Column- Sketch for winter

Un morceau évident pour moi tellement il installe l’ambiance que je voulais obtenir. C’est un hiver encore doux, avec le ciel bleu intense au-dessus de nos têtes et les rayons de soleil qui nous redonnent vie. Et en même temps, il y a cette mélancolie qui sied bien à l’hiver.

B2- Agnes Obel- The Curse

Les sonorités de la chanson évoque pour moi la glace et le froid, mais également le feu qui de la cheminée qui crépite. Elle prolonge bien l’ambiance du précédent et se fond parfaitement avec la suivante.

B3- The Nits- Jardin d’hiver

J’avais prévu de mettre Karen Ann et son Jardin d’hiver, mais je n’ai pas réussi à l’insérer. Au départ, je voulais un titre de l’album Ting, et j’ai découvert par hasard ce titre que je ne connaissais pas. Il y a un côté ludique dans la chanson qui évoque la nostalgie de l’enfance.

B4- The Fleet Foxes- White Winter Hymnal

Le morceau le plus chaleureux de la compilation et vient dynamiser le rythme. On est clairement dans une journée magnifique comme on peut en connaître en hiver, avec un froid sec et ensoleillé.

B5- The Rolling Stones- Gimme Shelter

J’ignore si le texte parle des sans-abris, mais on dira que oui. On profite de l’accélération du titre précédent pour continuer en ce sens. J’adore ce titre qui contient l’une des plus belles intros des Stones.

B6- Jean-Louis Murat- Perce Neige

L’hiver est traitre. On croit que le temps s’embellit et soudain la vent se lève, les nuages s’amoncellent et les nuages lugubres arrivent. On se croirait presque la nuit en plein jour. C’est ce qu’évoque ce titre pour moi.

Face C

Le face qui profite des précédentes pour jouer avec les contrastes. On y passe de la déprime au doux pincement des journées ensoleillées. Du climat lourd et distordu, voire violent, à l’élégiaque et la douceur. Je suis assez fière des enchaînements….

C1- The Cure- Cold

Un titre assez morbide, on va pas le cacher. L’enchaînement avec le précédent se fait presque sur la même note de grondement de violoncelle. C’est l’hiver malsain. Le froid synonyme de mort, puisque le morceau aborde le suicide.

C2- Midnight Oil- Scream in blue

Voilà un titre que je suis ravie d’avoir trouvé et qui joue un rôle clé dans la face. Ce n’est pas forcément le meilleur titre mais sa structure en deux parties me permet de poursuivre le côté lourd du précédent pour basculer dans l’hiver avec le ciel pur. Le morceau commence brutalement par une guitare distordue. Puis, elle laisse sa place à une balade au piano contrebasse. Avez-vous déjà poussé un cri dans un paysage glacé et désert ? Le final de la chanson en est littéralement l’expression. Il faut entendre Peter Garrett pousser sa voix dans les aigus aux limites de la rupture. C’est tout simplement douloureusement beau.

C3- David Sylvian- Darkest dreaming

Cet artiste s’est construit un univers qui flirte parfois avec le New Age un peu chiant, on ne va pas le cacher, mais il est capable aussi d’être sublime. C’est une musqiue à la fois très cérébrale et pleine d’émotions contenues et très pudique. Sa douceur et ses sonorités oniriques évoquent en moi les lumières qui scintilleraient dans la glace quand les ombres s’allongent et que le jour se retire peu à peu. Et puis il a cette voix chaleureuse, qui nous berce et qui nous réchauffe comme le feu dans l’âtre.

C4- Sigùr Ros- Untitled #3 (Samskeyti)

Le titre clôt parfaitement la face. Là aussi, un groupe qui peut facilement tomber dans une forme de complaisance en construisant des atmosphères belles mais un peu vaines, mais qui parfois touche du doigt des purs moments de grâce comme c’est la cas ici. Il s’agit d’un instrumental qui prolonge l’atmosphère douce et onirique du précédent mais en évoquant cette fois des paysages magnifiques qui nous subjugueraient par leur beauté, emplis d’un silence qui nous placerait face à nous-mêmes. Avec cette douce mélancolie qui rend heureux à la fois.

Face D

Cette face aborde la facette sombre de l’hiver, avec le froid qui nous paralyse et notre humeur qui décline au fil des semaines. Avec des morceaux amples et douloureux, avec une instrumentations un peu plus symphonique.

D1- Arvö Pärt- Cantus un memory of Benjamin Britten

J’avoue que ce n’était pas mon premier choix, je voulais mettre Fatres ou Tabula Rasa, mais j’ai choisi celui-ci car il était plus court et collait bien à l’ambiance que je voulais sur cette face. A savoir des sortes de glacis sonores, un peu pesants.

D2- Henryk Gorecki – Symphony Nr.3 _ Lento e largo – tranquillissimo

Clairement, on est pas là pour rigoler. Mais ce morceau est tout simplement bouleversant. Dead can Dance et Lisa Gerard ont dû l’écouter plus d’une fois.

D3- Elvis Costello and The Brodsky Quartet. Who Do You Think You Are

Ce morceau n’évoque pas particulièrement l‘hiver au niveau musique, mais l’album dont il est extrait, The Juliett Letters, conviendrait bien. Mais il s’enchaîne très bien avec son instrumentation en quatuor à corde et redynamise légèrement le rythme après deux longs morceaux très calmes.

D4- Big Star- Holocaust

Le titre figure sur l’album maudit de Big Star. C’est certainement le morceau le plus désespéré qu’ait écrit Alex Chilton, alors en pleine dépression. Le morceau avance on ne sait pas comment, en claudiquant, en se traînant, en trébuchant, avec une instrumentation sublime et fantomatique, qui porte comme elle peut cette voix qui se recroqueville. En temps normal, une compilation se doit de finir par un temps fort. Et dans son genre, c’en est un. Mais je me suis dit que je ne pouvais pas vous laisser sur un morceau aussi déprimant…

D5- John Cale- Antartica starts here

Après Alex Chilton, John Cale passerait presque pour un bouffon. Le morceau reste dans les ambiances calmes. Une balade aux claviers, avec des arrangements tout en discrétion et pourtant sublimes. Si l’antarctique commence ici, alors ma compilation s’achèvera là car, au delà, c’est le silence total qui nous attend.

Pour l’écouter, c’est ici. Et pensez à nous faire parvenir vos compilations (ou à nous prévenir).

Audrey

15 réflexions sur « Compil’ Maison (4)- Winter is coming »

  1. En voilà une compil maousse costaud. Tu ne fais jamais rien à moitié, tout à ton honneur. A vue de nez, je vais me régaler. A vue d’oreilles, sans doute des heureuses surprises. Pas le temps de faire une compil, dommage, l’hiver est synonyme de biens des interprétations. Encore des découvertes, et de la joie, Merci Audrey.
    Eric.

    J’aime

  2. Quelle merveille. Nous avons ici la vision d’un hiver apaisé, silencieux, où la contemplation est de mise, où le temps est aboli. Cette vision de l’hiver correspond à la plus stricte réalité dans les campagnes, dans les montagnes couvertes de neige. Le rythme de la vie y est effectivement ralenti, presqu’arrêté. Mais surtout, c’est la progression, l’enchaînement des morceaux, la tonalité générale de cette compile qui en fait une illustration exceptionnelle de comment et pourquoi une compile est réussie. Toute de tempos lents, avec toutefois cette accélération salutaire des Stones et de Cure, elle m’a fait penser tout au long de son écoute à une lithurgie, une célébration presque religieuse de la nature endormie durant cette saison. Je n’aurais pas été outre-mesure surpris d’y trouver un cantique des moines de Citeaux ou de Tamié. Seule fausse note, mais je comprends pourquoi, Dominique A.

    Là, je le reconnais, c’est le Zocalo qui ne supporte pas la chanson française qui va parler. On aurait pourtant voulu y croire, à ce courage des oiseaux, ceux qui ne partent pas, qui restent sous nos froides latitudes, qui passent l’hiver sans presque rien trouver à manger. Mais non, ce morceau casse l’ambiance de la face A, par son rythme absurde, son Farfisa à deux balles. Et d’ailleurs, je suis bien placé pour vous en parler, les oiseaux ne chantent pas en hiver. Tout au plus se disputent-ils bruyamment le pain que je leur laisse sur la fenêtre, pourtant en abondance. Mais les chants des oiseaux de nos campagnes, ils commencent avec le printemps, la construction des nids, l’éclosion des jeunes. Pas en hiver.

    J’aime

    1. Merci pour les compliments. Mais, vous savez, les compilation de Francis était tout aussi bonne et construite avec les mêmes qualités. Il m’a d’ailleurs aidée pour la sélection finale et l’agencement des morceaux.

      Pour les oiseaux, je pensais comme toi, mais je les ai entendus ce week-end. Pour ce qui est de Dominique A, c’est un morceau que j’aime beaucoup, dont il est facile de se moquer, alors que, plus on l’écoute, et plus on rend compte qu’il est bon. Mais il a fait mieux depuis.

      J’aime

  3. J’aime bien l’idée des quatre faces, comme un vieux vinyle double album…
    D’entrée Miles, donc direct forcément je (j’en) suis…
    Puis, plein de titres que je retrouve, que j’aurais presque oubliés car sortis des leurs albums respectifs et réagencés ici – l’art de la compil qui met des morceaux sur une autre échelle de valeurs et en une autre lumière.
    Et puis, côté vision ouverte on est servis. Ca ratisse large et c’est donc forcément hyper plaisant d’autant que chaque « face » a son climat.

    Bon, ici l’hiver n’a pas encore amené la neige… (ça arrive parfois et alors les plages couvertes de manteau blanc c’est franchement magique).
    Par contre le mistral glacial souffle avec puissance, qui dit vent dit beau temps, qui dit beau temps dit merveilleux levers et couchers de soleil et en hiver c’est les plus beaux. Et puis ici, l’hiver la cohue n’est pas et ça, quand on sait celle de l’été… ça se savoure.

    Merci pour toute cette musique
    Bonne journée.

    J’aime

    1. Et encore, j’en ai laissé sur la route. Je regrette de ne pas avoir mis Mark Hollis qui colle parfaitement à l’idée du blanc et du silence que je voulais donner. Pour Miles Davis, le fait que la version soit écourtée me dérange quand même un peu…

      J’aime

  4. je suis tombé dessus et j’aurai pu l’oublier, je m’en serai voulu. Donc après l’écoute du ZOCALO je me lance… j’ai enfin un peu de temps.

    J’aime

  5. En parcourant FACE A
    « Silent Way » Ta compilation comble un vide étonnant, je pensais l’avoir, j’ai une version « The Complete In A Silent Way Sessions » le danger de ces versions… c’est de ne pas les écouter…. J’écoute… mais, mais… je connais par … Santana.
    Sino, d’accord avec Zocalo, mais je n’ai écouté que ce titre pour l’instant, ici Hiver Apaisé, comme une saison pour refaire ses forces avant de repartir en beauté sur le printemps, le renouveau.
    Le Goldfrap, ton commentaire collerait bien à ma période préférée. « Felt Mountain »
    Dominique A. Je rebondis sur ton commentaireque je colle sur un joli titre de Dalcan, l’autre Dominique, « A Quoi Pensent Les Oiseaux? »
    Pink Floyd et le film MORE : pas facile de se détacher du tragique du film en écoutant ce titre, je parle de la version originale, le film fait perdre l’aspect Pastoral. « Ta » version vient d’où, elle est plutôt bien envoutante.
    Haaa Ennio. J’avais oublié cette joli ballade. Un jour je reproposerai THE compil de Ennio, un ami (REVPOP comme pseudo) qui s’était écouté tout Ennio de 67 à 75 (au-delà il boudait) et a fait sa compil… terrible, il n’a pas pu écouter Ennio pendant pas mal d’année après.

    J’aime

    1. Merci Antoine pour cette revue détaillée de ma compilation (j’ai corrigé les fautes de mon texte qui en était bourré).
      Pour la compilation Ennio Morricone on est preneur! Et ce serait même avec grand plaisir qu’on l’écouterait. Il a tellement écrit. Même les compilations officilles ne mettent jamais les mêmes titres (du moins dès qu’on cherche autre chose que le best of classique).

      J’aime

  6. En parcourant FACE B
    Quel plaisir d’entendre à nouveau les NITS. J’adore et je n’écoute pas assez même si fidèle. Effectivement les 4 titres font un bel ensemble, un HIVER attendu et souhaité (pas comme celui décrit par ZOCALO)
    Haaa le STONE. Ce titre sa présence ici demande ton commentaire. Ce sont des textes violents, et le titre est grandiose, le chœur féminin est à tomber et offre des effets sur scène extraordinaires : petite histoire, un docu sur les chœurs féminins qui sont des grandes qui ont du mal à percer « 20 Feet From Stardom » (ou qui ne percent pas), Merry Clayton est celle qui chante sur ce titre (je crois) et a sorti un album du même nom.
    Murat, pour fermer, grand plaisir d’entendre son timbre de voix, réchauffe les cœurs même en hiver.

    J’aime

  7. En parcourant FACE C
    CURE : Tu as raison, même si un JOY DIVISION aurait pu servir ton commentaire, pour le DERNIER Hiver.
    MIDNIGHT : une découverte pour moi, titre qui m’a fait penser à U2 pour commencer. Je suis parti chercher l’album.
    DAVID : Quel voix, je le range depuis peu auprès de Bryan Ferry, Bowie, Scott Walker… Nos crroner rockerA
    SIGUR : une occasion de m’y plonger. Sans ta compil je pense que des occasions je n’en ai pas vraiment. Des musiques qui tendent à quitter notre planète pour des infinis plus glaciaux je trouve. Flotter dans une combinaison dans l’espace et attendre…

    J’aime

  8. En parcourant FACE D
    Le ARVO est superbe, comme du Britten, pas pour faire le malin mais cela m’a fait vraiment penser à quelques grands moments de ses opéras, ceux avec grand orchestre. Je me suis jeté sur une version trouvée sur Soulseek.
    GORECKI tellement plongé aussi dans ce titre que j’en avais oublié d’où je venais. Tu finis cette compilation en grande beauté. Il ne s’agit plus de la bande son d’une saison mais celle d’une grande parenthèse dans ma journée. Au passage Beth Gibbons de Portishead a prêté sa voix pour ce titre. Du coup je l’ai enchainé.
    Henryk Górecki: Symphony No. 3 « Symphony of Sorrowful Songs » – Beth Gibbons, Krzysztof Penderecki, Polish Radio Symphony Orchestra | Songs, Reviews, Credits | AllMusic
    COSTELLO, tellement admirateur de sa carrière que j’en exagérais le plaisir d’écoute de cet album, que je goutte partiellement. Comme l’Hiver, dans ta compilation c’est un peu une redescente sur terre. Pas plus mal…
    BIG STAR .. j’attendais le CALE pour commenter. Merci de ne pas nous avoir laissé sur le Chilton si intime, si malheureux.
    Pour le CALE j’ai pu apprécier ce titre que j’ai souvent négligé. Finalement tu optes pour une Hiver tranquille

    Conclusion ; une superbe compilation, comme pour les copains, ça fait de toi un joli portrait.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s