Les hymnes du rock (1): Public image Ltd- Public Image (1979)

Et on rajoute une nouvelle rubrique sur les chansons, celle des hymnes! Il font partie de notre inconscient collectif en quelque sorte. Certains ont été écrits délibérément ainsi, d’autres le sont devenus par la force des choses ou malgré eux. En tout cas, on va tâcher de creuser la question.

Avouez que ce n’est pas forcément là qu’on aurait attendu PiL. Les Sex Pistols, certainement, mais pas eux. On pourra dire que PiL aura même plutôt écrit l’inverse, ce qu’on pourrait appeler des anti-hymnes. Parce que (This is not a) Love Song, si on y réfléchit bien, c’est un peu ça. Pourtant, le groupe inaugure sa carrière avec ce titre: Public Image.

Vous le savez sans doute, mais le nom du groupe vient de l’idée de Johnny Rotten (ou Lydon si vous préférez) que les Sex Pistols n’avaient été fabriqués que comme une image, aussi subversive et violente fût-elle. Et cette chanson est une véritable déclaration d’indépendance, en même temps que du poil à gratter sur le dos des réactionnaires y compris parmi les punks.

Alors, si jamais vous ne connaissez pas ce titre (ou si vous l’avez pas réécouté depuis longtemps), prenez la peine de vous attarder sur cette basse déjà pleine de dub de Jah Wobble et cette magnifique guitare tranchante de Keith Levene qui nous a quittés le 11 novembre dernier sans que pas grand monde ne s’y attarde.

Alors, bien sûr, quand surgit cette voix mordante et pleine de morgue que l’on connait parfaitement, c’est un pur plaisir. On peut dire que jamais le groupe ne sonnera si proche de son précédent groupe. Pour la suite, il s’appliquera soigneusement à détruire cette musique qui l’a fait découvrir et tournera le dos au punk qui était, a peine deux après son explosion, déjà une vieille histoire (et dont la musique était devenue prévisible et conformiste (un comble pour un tel mouvement)).

Donc, heureusement pour nous, Lydon veille et entend bien nous montrer que l’histoire ne s’arrêtera pas là et que les jeunes ont encore de quoi surprendre et créer une musique complètement nouvelle, capable de faire fuire les petits bourgeois et les grand-mères. C’est ce qu’il fera avec le premier PiL, First Issue (1978) et plus encore sur le mythique Metal Box (1979). Et dire qu’il ne s’était écoulé que 2 ans entre ce disque et celui des Sex Pistols

Pour l’heure, c’est le moment de marquer les esprit et faire sa déclaration d’indépendance. C’est pourquoi ce morceau sonne pour moi comme une hymne. Un hymne rock, incisif et court, sans le moindre gras. Le genre de morceau qu’on a l’impression de connaître avant même de l’avoir entendu tellement tout est parfaitement à sa place.

Et pour ceux qui douteraient de la déclaration d’indépendance du groupe, voici le texte.

Hello. Hello. Hello. Hello. Hello. Hello.
Ha, Ha, Ha, Ha, Ha.
You never listen to word that I said
You only seen me
For the clothes that I wear
Or did the interest go so much deeper
It must have been
The colour of my hair.

Public image.
What you wanted was never made clear
Behind the image was ignorance and fear
You hide behind his public machine
Still follow the same old scheme.

Public image.
Two sides to every story
Somebody had to stop me
I’m not the same as when I began
I will not be treated as property.

Public image.
Two sides to every story
Somebody had to stop me
I’m not the same as when I began
It’s not a game of Monopoly.

Public image.
Public image you got what you wanted
The Public Image belongs to me
It’s my entrance
My own creation
My grand finale
My goodbye

Public image.
Public image.
Goodbye.

Un petit bonus, une version live sur un plateau de Chant, qui, pour le coup est vraiment un anti-hymne. Mais je vous invite surtout à écouter l’interview qui suivra et encore plus, pour le plaisir, de regarder les 2 dernières minutes au cours desquelles le journaliste doit se sentir terriblement mal à l’aise…

Avouez, des groupes comme ça, ça n’a jamais couru les rues, et encore moins aujourd’hui. Mais est-ce seulement possible de reproduire tout ça dans le monde connecté d’internet, avec tout ce passé musical irrémédiablement derrière nous? Non. Définitivement non. Parce que cette page ne pouvait certainement s’écrire qu’à cette époque, avec ses utopies et son nihilisme. Mais, pour le meilleur et notre bonheur, ce morceau et le monde d’internet créent au moins ce petit miracle de nous le faire revivre un court instant.

Francis

Publicité

Une réflexion sur « Les hymnes du rock (1): Public image Ltd- Public Image (1979) »

  1. Sacré hymne. Écouté, réécouté à l’époque. Une transition réussie, une nouvelle peau qui lui allait si bien. Beaucoup de temps a passé, Johnny vend son image, dommage. Préfère Steve Jones, lui ne s’est jamais pris au sérieux. Merci de remettre à l’honneur ce Johnny là.
    Eric.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s