Les albums maudits du rock (2): Public Image Ltd: Commercial Zone (1984)- Hommage à Keith Levene décédé le 11-11-2022

Si l’on devait faire un hommage à Keith Levene, guitariste fondateur de PiL et décédé le 11 novembre dernier, c’est bien avec cet album. Et vous comprendrez pourquoi (tout comme pourquoi il s’agit d’un album maudit).

Officiellement cet album n’existe pas. A la place, il y a This is what you want… this is what you get (1984). Entre les deux, une brouille définitive entre les deux fondateurs que sont John Lydon et Keith Levene. Celle-ci surgit pendant les enregistrement de ce qui se fera appelé Commercial Zone, juste avant que le groupe ne parte pour une tournée au Japon, histoire de bien faire enrager le chef…

Il faut bien dire que John Lydon ne doit pas être un type facile à vivre. Il s’était déjà brouillé avec Jah Wobble après leur second disque (et sa rancune est toujours d’actualité) et le voilà quasi seul maître à bord avec l’exclusion de Keith Levene. Pour le prouver, il enregistre vite fait un nouveau disque avec un nouveau groupe dont les membres sont tous des musiciens de session qui ne connaissent rien du groupe, et pour bien signifier au banni son inutilité, il efface les guitares de tous les morceaux enregistrés et torche vite fait quelques autres chansons pour sortir ce qui est considéré généralement comme le pire album du groupe (même s’il contient leur plus grand hit (this is not) A Love Song).

Et si Commercial Zone existe, c’est grâce à l’obstination du Keith Levene à lui donner vie, de manière plus ou moins légale. Sans doute pour montrer la bêtise du grand gourou.

Alors, des deux , qui a raison?

Mais avant, retour en arrière. Nous sommes en 1982 et le groupe travaille sur un nouveau projet. Initialement, il devait s’agir d’un mini-album qui aurait dû s’intituler You Are Now Entering a Commercial Zone. Le groupe finit par obtenir suffisamment de matériel pour sortir un véritable album sauf que la brouille surgit entre les deux membres en mars 1983. Quelques mois plus tard, profitant de l’absence du groupe, Keith Levene réussit à prendre les bandes et finir le mix à ses frais, selon les idées originelles du projet. Courant 1984, il réussit à presser, toujours à ses frais, 30.000 copies.

Donc, nous nous retrouvons pour une bonne moitié des titres avec des versions très différentes, avec tout particulièrement une version de Love Song, que beaucoup clament comme un chef d’œuvre quand l’autre est souvent jugée comme catastrophique (même si commercialement elle fut plus lucrative).

Dans leur dernière anthologie sur John Lydon, autant le magazine Uncut se montre très sévère sur This is what you want… this is what you get, autant ils sont on ne peut plus élogieux sur la version de Keith Levene, n’hésitant pas à le qualifier de dernier « vrai album » de PiL.

Au final, on retrouve avec un album un peu bizarre, un peu brut, un peu brouillon mais terriblement cohérent et attachant, y compris ses morceaux instrumentaux (qui pourraient paraître anecdotiques alors qu’ils sont toujours étrangement obsédants comme c’est souvent le cas pour PiL) et bien sûr avec l’hymne Love Song en ouverture. On est donc face à un disque de PiL pile entre deux période des du groupe (fallait que je la fasse ^-^). Il conserve son fascinant minimalisme mais s’oriente de plus en plus sur des rives moins expérimentales, tout en continuant sa démarche intègre pour créer une nouvelle musique. On dira qu’on est PiL (oups, décidemment) au point d’équilibre entre le pas assez et le trop (qui empâtera fréquemment les albums suivants).

Keith Levene reviendra en 2014 avec une version enrichie de cet album, avec des morceaux en plus, version que je ne connais pas pour ma part. Ceci est la preuve de l’importance de ce projet pour lui. Quelle que soit la version, cela ne change rien, car dans la tête de Lydon, ce disque n’existe pas. Et quand, ce dernier reviendra aux affaires, il n’y ira pas au dos de la petite cuillère, comme on le verra pour notre dernier volet sur ce groupe étrange qu’est Public Image Ltd.

Donc voici, pour ceux et celles qui ne connaitraient pas les moindres recoins musicaux de ce groupe passionnant qu’est PiL son album maudit. Du moins celui que John Lydon ne veut pas entendre parler…

Public Image Ltd: Commercial Zone (1984)

01- Love Song
02- Mad Max
03- Bad Night
04- Solitaire
05- The Slab
06- Lou Reed Part 1
07- Lou Reed Part 2
08- Blue Water
09- Miller Hi-Life

Et comme c’est en Flac et que le fichier serait trop gros, je vous le propose en deux faces comme pour un vinyle:

Face A

Face B

Francis

Publicité

7 réflexions sur « Les albums maudits du rock (2): Public Image Ltd: Commercial Zone (1984)- Hommage à Keith Levene décédé le 11-11-2022 »

    1. On va dire que ça dépend de ce que je trouve parce que je n’arrive plus à retrouver des logiciels qui me permettent de convertir mes CD (qaund je les ai…) avec un niveau correct de compression.

      J’aime

  1. Merci Francis pour ce partage et ces précisions. La version de « This is not… » de « Levene » est de loin supérieure à celle de « Lydon » qui comme tu le souligne, a rapporté du pognon, mais reste une bouse. J’avais réagi au post de Fracas, mais ne me souviens pas l’avoir écouté. L’occasion. Hello Dado, How are you?
    Eric.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s