Archives pour la catégorie La chasse aux chansons

Une reprise qui tutoie les sommets (3)-Esther Phillips – Home Is Where the Hatred Is

Cette rubrique est là pour parler d’une chanson emblématique que l’on connait tous, mais souvent en ignorant la version originale.

Pas sûr que cette chanson soit des plus connues et encore moins qu’elle soit emblématique. Cependant, je tenais à vous la présenter, car je la trouve fantastique. Que ce soit l’original ou cette reprise qui tutoie les sommets, on est face à deux interprétations d’une rare puissance.

Il faut dire que les artistes noirs ont une façon unique de donner vie à ce qu’ils chantent qu’on ne retrouve que très rarement chez les blancs. On a parfois l’impression que même un illustre inconnu pourrait vous transcender n’importe quel titre. Sans doute parce qu’ils en ont plus bavé ou que leur relation avec la musique est infiniment plus viscérale que pour les blancs que nous sommes.

En l’occurrence, ici, ce ne sont pas deux illustres inconnus, mais Esther Phillips pour l’interprète et Gil Scott-Heron pour l’auteur de l’original. Et autant vous qu’on est face à de la grande classe!

Lire la suite Une reprise qui tutoie les sommets (3)-Esther Phillips – Home Is Where the Hatred Is

La Chasse aux chansons (6)- Fleetwood Mac- Sentimental Lady (1972)

Cette rubrique a pour vocation de nous faire redécouvrir des chansons oubliées, parce que soit sorties dans un album pas terrible, ou par un artiste pas très bien considéré ou souffrant d’un son ingrat… Bref, autant de raisons qui font qu’on puisse passer à côté.

Je ne suis pas forcément une grand fan de Fleetwood Mac. Du moins, je ne l’étais pas avant de découvrir l’album Bare Trees (1972). Et c’est sur cet album que figure la magnifique ballade, Sentimental Lady. Si, dans Fleetwood Mac, on a tendance a loué les talents de Peter Green, voire de Danny Kirwan, à la guitare, ou le songwriting de Buckingham/Nicks, cette chanson a été écrit par Bob Welch, le 4eme guitariste à avoir été embauché par le groupe et celui qu’on a plutôt tendance (à tort) à oublier.

80 photos et images de Bob Welch Musician - Getty Images

Je ne pense pas que cette chanson de Fleetwood Mac soit des plus connues mais elle mérite d’être redécouverte. A son écoute, vous découvrirez qu’il existe une place entre le blues et la pop FM qui a fait connaître le groupe, pour un titre toute en finesse. Pour rien vous cacher, c’est cette chanson qui m’a donné envie d’en savoir davantage sur ce groupe, quitte à explorer également les poids lourds de sa discographie que sont Rumours (1977) ou Tusk (1979)

Lire la suite La Chasse aux chansons (6)- Fleetwood Mac- Sentimental Lady (1972)

La Chasse aux chansons (5): Prince- Joy in repetition (1990)

Cette rubrique a pour vocation de nous faire redécouvrir des chansons oubliées, parce que soit sorties dans un album pas terrible, ou par un artiste pas très bien considéré ou souffrant d’un son ingrat… Bref, autant de raisons qui font qu’on puisse passer à côté…

L’album dont est extrait cette chanson n’est pas très connu. Graffiti bridge n’est d’ailleurs pas forcément un album de Prince, mais l’un de ceux où il a laissé son groupe, The Time (qui l’accompagne pur la dernière fois avant de céder la place au New Power Generation), interpréter la majorité des chansons. L’album fait aussi partie de ses disques écrits comme bande musicale d’un film que je n’ai jamais vu et que pas grand monde a dû voir non plus. Tout cela fait que cet album passe généralement assez inaperçu dans la discographie du nain pourpre, d’autant qu’il fait un peu partie de son âge d’or, où sa notoriété est devenue énorme, mais il annonce également le’ début de sa fin.

Christy by Request - Graffiti Bridge - Christy Lemire : Christy Lemire

Pourtant, les quelques chansons interprétées par Prince sont géniales et tout particulièrement Joy in Repetition. On va essayer de vous expliquer pourquoi. Et si vous ignorez la joie que procure la répétition, nous vous avons choisi plein de versions pour vous tester et la découvrir à votre tour. Oui, il y a de la joie dans la répétition et vous ne pourrez pas y échapper!

Lire la suite La Chasse aux chansons (5): Prince- Joy in repetition (1990)

La chasse aux Chansons (4): The Damned- Plan 9 Channel 7

Cette rubrique a pour vocation de nous faire redécouvrir des chansons oubliées, parce que soit sorties dans un album pas terrible, ou par un artiste pas très bien considéré ou souffrant d’un son ingrat… Bref, autant de raisons qui font qu’on puisse passer à côté…

La plupart du temps, de The Damned, on met en avant les morceaux Neat, Neat, Neat ou New Rose pour leur côté emblématique du punk (ce dernier étant considéré comme le premier 45t du mouvement). Pour autant, il convient de ne pas se cantonner forcément à ce premier album historique du groupe pour creuser une discographie d’un genre plutôt variée et pleine de surprises.

Glamour Ghoul' reveals Vampira, Hollywood's 'original Goth' - Los Angeles  Times
L’actrice Vampira (Maila Nurmi) à laquelle fait référence la chanson

Plan 9 Chanel 7 fait partie de Machine Gun Etiquette, mais elle ne figure pas dans le best of du groupe, alors qu’il s’agit de l’une de leurs chansons que je préfère. Un morceau assez à part, presque expérimental, mais sans qu’on s’en rende compte, tellement il va vite.

Lire la suite La chasse aux Chansons (4): The Damned- Plan 9 Channel 7

La Chasse aux chansons (3)- Captain Sensible: Wot (1982)

Je sais ce que vous allez me dire. Ce morceau n’a pas sa place ici mais dans la poubelle du top50. Et alors ? Même 40 ans après, il est toujours imparable. Sans doute peu le savent mais le type avec son indéboulonnable béret rouge qui a écrit ce tube n’est nul autre que le bassiste de l’un des groupes punks les plus emblématiques, sans doute le plus drôle en tout cas.

Wot? Captain Sensible of the Damned tried to start a political party |  Dangerous Minds
Lire la suite La Chasse aux chansons (3)- Captain Sensible: Wot (1982)

La chasse aux chansons (3): Daniel Johnston- Speeding Motorcycle

Cette rubrique a pour vocation de nous faire redécouvrir des chansons oubliées, parce que soit sorties dans un album pas terrible, ou par un artiste pas très bien considéré ou souffrant d’un son ingrat… Bref, autant de raisons qui font qu’on puisse passer à côté…

Il va de soi que Daniel Johnston ne tournait pas bien rond dans sa tête. Figure culte de l’underground rock US, il séjournera plusieurs fois en hôpital psychiatrique. Son œuvre est profondément marqué par un son Lo-Fi, souvent comparé à de l’art brut, on dira que, la plupart du temps, elle était enregistrée sur un simple magnétophone, sans aucun philtre, sans se soucier de l’éventuel pollution sonore environnante. Il s’en suit une musique parfois naïve, presque enfantine, mais des plus touchantes. D’ailleurs, il a été adoubé par les grands compositeurs US du moment tel que Tom Waits, Kurt Cobain, Sonic Youth ou Jeff Tweedy. Du fait de sa fragilité psychologique, il fut d’ailleurs souvent accompagné sur scène par la crème des groupes indie américains.

What Daniel Johnston's Drawings Mean Now | Pitchfork

Pour découvrir et peu à peu se familiariser et aimer cette chanson si particulière, on vous propose l’expérience suivante: écouter les versions qu’on vous propose dans l’ordre (et surtout de ne pas rester sur votre première impression).

Lire la suite La chasse aux chansons (3): Daniel Johnston- Speeding Motorcycle

La Chasse aux chansons (2)- Teresa Brewer et Duke Ellington- I’m beginning to see the light

Cette rubrique a pour vocation de nous faire redécouvrir des chansons oubliées, parce que soit sorties dans un album pas terrible, ou par un artiste pas très bien considéré ou souffrant d’un son ingrat… Bref, autant de raisons qui font qu’on puisse passer à côté…

Aujourd’hui c’est Zocalo qui s’y colle!

Une chanson que j’aime bien. En opposition à « C’est déjà ça » d’Alain Souchon, que je trouve artificielle, facile et bâclée, voici un petit chef d’œuvre de spontanéité. Teresa Brewer, une chanteuse de variété américaine, rencontre Duke Ellington, un dieu vivant (en 1973) pour quiconque a approché le jazz de près ou de loin.

Lire la suite La Chasse aux chansons (2)- Teresa Brewer et Duke Ellington- I’m beginning to see the light

La Chasse aux Chansons (1): Bashung- by Proxy

Cette rubrique a pour vocation de nous faire redécouvrir des chansons oubliées, parce que soit sorties dans un album pas terrible, ou par un artiste pas très bien considéré ou souffrant d’un son ingrat… Bref, autant de raisons qui font qu’on puisse passer à côté…

Bashung : « By Proxy »

Voici l’un des trésors de Bashung dont personne ne parle et qu’on ne trouve dans aucune compilation. Cette chanson figure sur son disque le plus sous-estimé, Novice (que je préfère pour ma part à Play Blessures). Or, quiconque a vu ou écouté ses concerts sait que les chansons de Novice en sont souvent les points culminants d’intensité et de tensions électriques. Certes, le son a un côté très froid et très daté, mais les elles sont quasiment toutes grandioses, dans une veine assez torturée il est vrai, et prennent une toute autre dimension sur scène, une fois débarrassées de la carapace qui pèse parfois sur les versions studio (avec ce son un peu daté qui le pénalise aujourd’hui).

Lire la suite La Chasse aux Chansons (1): Bashung- by Proxy