Archives pour la catégorie plus c’est long, plus c’est bon

Plus c’est long, plus c’est bon (2): Archive- Again (2004)

Cette rubrique vient mettre en valeur certaines chansons qui ont le pouvoir d’être étirées à l’infinie alors qu’elle repose sur une base souvent minimaliste.

Archive est vraiment un groupe surprenant. Ayant commencé par l’un des albums précurseurs du Trip-hop, Londinum (1996), il enchainera avec un album soyeux, Take my head (1999), pour ensuite nous proposer une musique plus psychédélique/progressive et électrique, You all look the same (2002) pour ensuite proposer la BOF d du film Michel Vaillant, pour rebondir sur le métallique Noise de 2004. Depuis, le groupe continue son chemin, tout en conservant ses talents protéiformes.

Billetterie et concerts de Archive en 2021 2022 | Wegow France

Dans cette œuvre des plus variées, on trouve un morceau aux forts parfums Floydiens…

Lire la suite Plus c’est long, plus c’est bon (2): Archive- Again (2004)

Des Airs de familles?  (1) Television: Marquee Moon vs Neil Young- Cowgirl in the Sand

A quoi bon tenir un blog si ce n’est pour ne pas parler de l’une de ses chansons préférées ? Pour rien vous cacher, j’ai longuement hésité à proposer Marquee Moon dans la rubrique des Plus belles chansons du monde. Ou alors dans la rubrique Plus c’est long, plus c’est bon, car elle répond parfaitement au cahier des charges, mais j’ai préféré la proposer dans une nouvelle rubrique en la jouxtant à cet autre titre grandiose de Neil Young.

Et pourquoi les mettre ainsi en parallèle ? Parce que c’est également l’une de mes préférées et qu’il y a toujours eu un lien secret qui les unissait dans ma tête. Vous en doutez ? Eh bien, lisez et (peut-être) vous verrez !

Lire la suite Des Airs de familles?  (1) Television: Marquee Moon vs Neil Young- Cowgirl in the Sand

Un petit vent de nouveauté (5): FLOATING POINTS, Pharoah Sanders and The London Symphony Orchestra- Promises (2021)

On a tendance à lire partout qu’il ne faut plus présenter Pharoah Sanders. ça tombe mal, parce que, moi, je ne le connais pas vraiment, juste de nom. J’ai l’image d’un type un peu barjot, sans doute immense musicien, mais qui ferait une musique pas vraiment pour moi. Il faut dire aussi que, dans ma tête, je le mélange un peu avec Sun Ra et je l’imaginais lui aussi dans un trip cosmique à cause de son nom…

Floating Points, Pharoah Sanders, LSO: Promises review – extraordinary |  Electronic music | The Guardian

Autant vous dire que j’ai tout faux, en tout cas à la lumière de ce magnifique disque, d’autant que Sanders n’est pas tout seul . Ce disque, à dire vrai, aurait pu être une Musique d’Ailleurs, car c’est aussi la rencontre entre Sanders et Floating Points, plus connu en tant que DJ et musicien britannique de musique électronique. Et si on rajoute un orchestre symphonique, vous auriez le droit d’imaginer quelque chose un peu prétentieux. Il n’en est rien. Quant à ceux qui imagineraient du jazz un peu difficile, ils auront tout faux également. C’est presque le contraire. Mais alors, à quoi ça ressemble?

Lire la suite Un petit vent de nouveauté (5): FLOATING POINTS, Pharoah Sanders and The London Symphony Orchestra- Promises (2021)

La Chasse aux chansons (5): Prince- Joy in repetition (1990)

Cette rubrique a pour vocation de nous faire redécouvrir des chansons oubliées, parce que soit sorties dans un album pas terrible, ou par un artiste pas très bien considéré ou souffrant d’un son ingrat… Bref, autant de raisons qui font qu’on puisse passer à côté…

L’album dont est extrait cette chanson n’est pas très connu. Graffiti bridge n’est d’ailleurs pas forcément un album de Prince, mais l’un de ceux où il a laissé son groupe, The Time (qui l’accompagne pur la dernière fois avant de céder la place au New Power Generation), interpréter la majorité des chansons. L’album fait aussi partie de ses disques écrits comme bande musicale d’un film que je n’ai jamais vu et que pas grand monde a dû voir non plus. Tout cela fait que cet album passe généralement assez inaperçu dans la discographie du nain pourpre, d’autant qu’il fait un peu partie de son âge d’or, où sa notoriété est devenue énorme, mais il annonce également le’ début de sa fin.

Christy by Request - Graffiti Bridge - Christy Lemire : Christy Lemire

Pourtant, les quelques chansons interprétées par Prince sont géniales et tout particulièrement Joy in Repetition. On va essayer de vous expliquer pourquoi. Et si vous ignorez la joie que procure la répétition, nous vous avons choisi plein de versions pour vous tester et la découvrir à votre tour. Oui, il y a de la joie dans la répétition et vous ne pourrez pas y échapper!

Lire la suite La Chasse aux chansons (5): Prince- Joy in repetition (1990)

Plus c’est long, plus c’est bon: Can- Mothersky

Nouvelle rubrique: ici, on parle des chansons qui peuvent s’étirer à l’infinie en nous plongeant dans un plaisir très particulier autour d’une trame souvent succincte, la durée produisant sur nous soit un effet de transe soit une émotion de plus en plus forte…

On vous a parlé la semaine dernière de Can. Pour les sceptiques, on vous propose une version fabuleuse de l’un des grands classiques de ce groupes qui vous prouvera combien sa musique est résolument moderne et n’a pris une seule ride.

Former Can members Holger Czukay and Damo Suzuki set for new vinyl releases  | The Vinyl Factory
Lire la suite Plus c’est long, plus c’est bon: Can- Mothersky