Archives pour la catégorie zoom sur

Les Théories du Rock (6) : Les albums Tribute ont-il vraiment une utilité ?

Cette rubrique, derrière la notion de « théorie », n’a pas la prétention d’être sérieuse, mais de réfléchir un peu sur le propos. C’est aussi l’occasion pour nous de vous présenter un disque pour l’illustrer avec bonne ou mauvaise foi (mais si, vous aussi, vous avez des « théories » sur le rock (notez bien les guillemets), notre blog vous est ouvert, pour ça, cliquez ici).

Allez, on finit notre Zoom (ou Galaxie du rock) sur Peter Case, quasiment en beauté avec ce tribute que même les réfractaires devraient aimer tellement il illustre ce que la musique américaine a de plus beau lorsqu’elle s’inscrit dans l’authenticité la plus pure.

Peter Case Tour Dates & Tickets 2021 | Ents24

Là aussi, on ne va pas se répéter, mais on ne connait pas très bien la carrière solo de Peter Case. Mais tout ce qu’on connaît de lui donne envie d’en savoir davantage. Preuve à l’appui, on vous propose ce splendide et copieux projet d’hommage à sa musique. On entend déjà certains dire que, 3 CD soit 48 chansons de Peter Case, ça fait sans doute un peu beaucoup. Au risque de vous surprendre, si ce genre de disque est généralement totalement anecdotique et voué à être très vite oublié, cette compilation pourrait être une magnifique exception pour plusieurs raisons.

Lire la suite Les Théories du Rock (6) : Les albums Tribute ont-il vraiment une utilité ?

A redécouvrir (10)- The Plimsouls… Plus (1992)

On dédie cet article à notre cher et regretté Fracas qui nous manque tant.

On continue l’histoire de Peter Case. Pour cela, nous vous proposons leur premier album éponyme de 1982 combiné avec leur EP Zero Hour de 1981 . Nous voilà donc de nouveau dans de la musique US dans ce qu’il y a de plus pur, toutes guitares dehors (mais sans un seul gramme de gras dedans).

En tout cas, voilà un groupe que nous avons plaisir à chroniquer. Pour rien vous cacher, à part sa musique, on ne connaît pas grand-chose de lui. Comme pour The Nerves, il faut écouter et réécouter leurs disques pour découvrir l’âme qu’elle renferme et ses bienfaits sur la nôtre. Pour les sceptiques, ici, c’est encore meilleur, car, étant seul maître à bord, le talent de Peter Case y est encore plus évident.

Les Plimsouls

On aurait bien choisi Everywhere At Once (1983), leur disque suivant qui est absolument fabuleux, mais Fracas l’avait proposé il y a quelques années, et vous pourrez trouver ce qu’il en disait ici. Pour ma part, il fait partie de ces disques qui, quand je les écoute, me mettent de bonne humeur pour toute la journée, comme peuvent l’être le premier Specials ou English Settlement d’XTC ou l’album éponyme des Woodentops ou, bien sûr, certains Beatles. J’ignore si c’est physique ou physiologique mais ils vous baignent d’énergie positive qui se diffuse dans votre cerveau et vous donne envie de sourire, mieux que toutes les pilules soit disant magiques.

Cela dit, cette édition que nous vous proposons du premier disque du groupe, augmenté de leur premier Ep, est du même tonneau. Oui, dans le genre, je mettrais pas mal de mes disques à la poubelle pour garder ces deux-là.

Lire la suite A redécouvrir (10)- The Plimsouls… Plus (1992)

A redécouvrir (9)- The Nerves- One way to ticket (2008)

Ne vous fiez pas à la date de parution de ce disque. On va parler d’une groupe qui a sévi de 1974 à 1978. Pendant cette période, ils n’auront jamais sorti un vrai album, aussi ce disque regroupe l’essentiel de leurs enregistrements

Pop On The Run: U.S. Power Pop; The Nerves - One Way Ticket (2008 Alive  Records)

Pourquoi s’attarder sur lui? Tout simplement parce que nous souhaitons consacrer un zoom sur Peter Case et qu’il s’agit de sa première formation. Or celle-ci est entrée dans l’histoire du rock pour plusieurs (bonnes) raisons. Et puis, vous ne le savez peut-être pas, mais vous connaissez certainement un de leurs titres…

Lire la suite A redécouvrir (9)- The Nerves- One way to ticket (2008)

Les Cadeaux des lecteurs (2): Hommage à… Peter Green (par Duke)

Aujourd’hui, grâce à Duke, on fait deux rubriques en une. D’une part, un hommage à… Peter Green, le premier guitariste légendaire de Fleetwood Mac (qui finira pas très bien) et un Magnifique cadeau des lecteurs, avec ce long billet et deux albums à la clés, dont une Compilation Maison. Autant vous dire que ça va parler blues et… guitaristes que la légende a parfois oubliés à tort. Et ça tombe bien, on voulait justement vous parler de Fleetwood Mac, donc notre contribution attendra pour céder la place au Duke!

Je consultais cet été l’article d’un magazine relatant l’histoire du féminisme derrière les pochettes de disques misogynes. Un véritable sujet de thèse que l’auteur avait malheureusement bâclé en catégorisant tous les visuels en sous-dossiers (Menotte, nympho, pâtisserie, pipe, sein, fesse, jambes, culotte, lingerie…) sans argumentaire convaincant. Tout en me rinçant l’œil devant les inévitables pochettes moites de nanars disco funk, je constatais avec regret que certaines des plus emblématiques couvertures « outrageantes » avaient été oubliées de la sélection.

Exit, la pochette anglaise d’Electric Ladyland (1968) du Jimi Hendrix Experience : une meute de louves -groupies aux poitrines naturelles soi-disant ramassées par le photographe dans les rues de Londres faisaient mine d’attendre que l’une d’entre elle fusse choisie par Jimi en guise de récompense. Cette pochette scandaleuse aurait été imposée à Jimi Hendrix par sa maison de disque. Exit, les covers de Roxy Music dont la délicieuse Country life avait grandement stimulé mon désir adolescent de nature champêtre surtout pour le mannequin de droite à la mâchoire androgyne. Exit, la couverture du Live 1969 du Velvet underground dont suintait une odeur de sexe sale et douloureux. À classer dans la catégorie « SM » ou « culotte » comme celle dans un style plus potache de School’s out d’Alice Cooper pour les collectionneurs chanceux qui ont conservé le slip qui se cachait sous le pupitre de carton.

Lire la suite Les Cadeaux des lecteurs (2): Hommage à… Peter Green (par Duke)

Zoom sur… The Damned

Cette nouvelle rubrique “Zoom sur” vous propose de passer une semaine avec un artiste ou un groupe en balayant quelques-uns de ses albums ou chansons et prestations live.

On avait préparé le terrain avec notre dernier billet. Vous vous demandez peut pourquoi mettre autant en avant un groupe de seconde zone comme The Damned ? Justement parce qu’on les y enferme à tort et qu’il s’agit certainement de l’un des groupes les plus sympathiques du rock. Un vrai groupe de fans, dans le sens où eux l’étaient et l’ont toujours été.

Fear and loathing with The Damned, 1977 | UNCUT

Pour rien vous cacher, on a pris un plaisir fou à visiter leur discographie pour l’occasion, d’autant qu’on ne la connaissait pas si bien que ça. En effet, il est clair qu’avec eux, il ne faut pas forcément se fier à une image, car ils proposent de joyeux grands écarts dans les genres et les styles. Juste pour tester, nous vous proposons trois morceaux pour le mesurer, et une compilation très riche pour débuter cette semaine spécial « The Damned ».

Lire la suite Zoom sur… The Damned