Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Plus c’est long, plus c’est bon (3)- Leftfield feat . John Lydon- Open Up (1993)

On ne pouvait pas achever cette saga PiL et John Lydon sans évoquer ce morceau complètement techno/électro qui complète parfaitement le tableau (ou plutôt le portrait de ce drôle et emblématique personnage du rock).

L’année en question est un peu celle où le public rock découvre que des artistes électro peuvent s’écouter sur la longueur d’un album. Letfield en fait partie. Et comme souvent en matière de techno, plus c’est long, plus c’est bon , même si cela passe en l’occurrence peut-être plus sur les pistes de danse que dans son salon…

Mais, pour ceux qui connaissent un peu l’histoire du punk, l’association d’un vieux punk avec des jeunes de l’électro ne devraient pas les étonner outre mesure…

Lire la suite Plus c’est long, plus c’est bon (3)- Leftfield feat . John Lydon- Open Up (1993)
Publicité

A redécouvrir (14)- Public Image Ltd- Album (1985)

L’adolescence est une période où l’on aime se sentir un peu différente (mais pas trop) des autres. Comment l’être à 14 ans en 1985? En écoutant Album de PiL!!! Un disque qui allait me faire rentrer dans l’histoire du rock passionnante de 1977 à cette année d’éveil musical. Autant vous dire que je lui dois beaucoup (même si j’avais un peu oublié avec les années à quel point).

Concernant PiL, l’histoire ne retient généralement que Metal Box, avec ce son dub mâtiné à la sauce Krautrock , classique aujourd’hui incontesté tant il aura été visionnaire et moderne. Ou un peu du premier album avec quelques bribes de Flowers of Romance et aussi quelques chansons ci ou là, qui ont pu passer (un peu) à la radio. Or, curieusement, le groupe dispose à son actif d’un autre grand disque que presque tout le monde oublie ou ignore. Un disque d’ailleurs qui n’a pas vraiment de nom puisqu’il reprenait le support que vous achetiez : Album, Compact Disc, Cassette. Alors, comment l’appeler si, comme moi, vous l’aviez enregistré sur une cassette à partir d’un vinyle? ^-^

Vous l’aurez compris, le groupe nous dit ici que nous achetions avant tout un produit, plutôt que de la musique. Or, aujourd’hui, je serais curieuse de savoir comment le groupe appellerait la version numérique : mp3 ? download ? En soi, il annonce ainsi sa dématérialisation, dit autrement, le produit prime sur le reste. Bien entendu, c’est aussi une posture cynique pour dénoncer le système que John Lydon a toujours aimé saborder de l’intérieur. « Anger is an energy » y entend-on.… Indeed ?

Lire la suite A redécouvrir (14)- Public Image Ltd- Album (1985)

La Chasse aux chansons (7): Time Zone- Planet of Destruction (1984)

Derrière ce single se cache deux noms. Le premier, Afrika Bambaataa, est l’un des trois ou quatre fondateurs du hip hop. Le second nous concerne un peu plus dans l’immédiat, puisqu’il s’agit ni plus ni moins de John Lydon.

J’avoue ne pas trop connaître l’œuvre d’Afrika Bambaataa, mais ce titre fut pour moi le premier contact avec John Lydon, dont je ne connaissais rien à l’époque, et sachant que j’allais pas tarder à découvrir Anarchy in the UK

Lire la suite La Chasse aux chansons (7): Time Zone- Planet of Destruction (1984)

Les albums maudits du rock (2): Public Image Ltd: Commercial Zone (1984)- Hommage à Keith Levene décédé le 11-11-2022

Si l’on devait faire un hommage à Keith Levene, guitariste fondateur de PiL et décédé le 11 novembre dernier, c’est bien avec cet album. Et vous comprendrez pourquoi (tout comme pourquoi il s’agit d’un album maudit).

Officiellement cet album n’existe pas. A la place, il y a This is what you want… this is what you get (1984). Entre les deux, une brouille définitive entre les deux fondateurs que sont John Lydon et Keith Levene. Celle-ci surgit pendant les enregistrement de ce qui se fera appelé Commercial Zone, juste avant que le groupe ne parte pour une tournée au Japon, histoire de bien faire enrager le chef…

Il faut bien dire que John Lydon ne doit pas être un type facile à vivre. Il s’était déjà brouillé avec Jah Wobble après leur second disque (et sa rancune est toujours d’actualité) et le voilà quasi seul maître à bord avec l’exclusion de Keith Levene. Pour le prouver, il enregistre vite fait un nouveau disque avec un nouveau groupe dont les membres sont tous des musiciens de session qui ne connaissent rien du groupe, et pour bien signifier au banni son inutilité, il efface les guitares de tous les morceaux enregistrés et torche vite fait quelques autres chansons pour sortir ce qui est considéré généralement comme le pire album du groupe (même s’il contient leur plus grand hit (this is not) A Love Song).

Et si Commercial Zone existe, c’est grâce à l’obstination du Keith Levene à lui donner vie, de manière plus ou moins légale. Sans doute pour montrer la bêtise du grand gourou.

Alors, des deux , qui a raison?

Lire la suite Les albums maudits du rock (2): Public Image Ltd: Commercial Zone (1984)- Hommage à Keith Levene décédé le 11-11-2022

Les hymnes du rock (1): Public image Ltd- Public Image (1979)

Et on rajoute une nouvelle rubrique sur les chansons, celle des hymnes! Il font partie de notre inconscient collectif en quelque sorte. Certains ont été écrits délibérément ainsi, d’autres le sont devenus par la force des choses ou malgré eux. En tout cas, on va tâcher de creuser la question.

Avouez que ce n’est pas forcément là qu’on aurait attendu PiL. Les Sex Pistols, certainement, mais pas eux. On pourra dire que PiL aura même plutôt écrit l’inverse, ce qu’on pourrait appeler des anti-hymnes. Parce que (This is not a) Love Song, si on y réfléchit bien, c’est un peu ça. Pourtant, le groupe inaugure sa carrière avec ce titre: Public Image.

Vous le savez sans doute, mais le nom du groupe vient de l’idée de Johnny Rotten (ou Lydon si vous préférez) que les Sex Pistols n’avaient été fabriqués que comme une image, aussi subversive et violente fût-elle. Et cette chanson est une véritable déclaration d’indépendance, en même temps que du poil à gratter sur le dos des réactionnaires y compris parmi les punks.

Lire la suite Les hymnes du rock (1): Public image Ltd- Public Image (1979)

Un live en veux-tu en voilà: PiL-The Studio Bristol (8 Novembre 1983)

C’est une rubrique qu’on pourrait appelé « Hommage à Fracas… », car la plupart des lives non officiels dont nous disposons proviennent de son blog. Nous n’avons pas encore exploré la dimension live de la musique. On tachera de lui donner une place également, sachant que notre stock n’est pas très fourni et qu’il provient principalement du blog de Fracas pour ce qui est non officiel. Tout ça pour nous dire qu’où que tu sois tu nous manques et on ne t’oublie pas, l’ami!

Avec ce concert, on va débuter un Zoom sur… Public Image Ltd. Je ne pense pas que PiL soit considéré comme un grand groupe de scène. Il faut dire que le chaos qui entoure leur début a sûrement aidé à rendre leurs prestations imprévisibles. Nous sommes ici en 1983. On peut dire que l’âge d’or créatif est déjà presque derrière lui, sauf qu’il ne le sait pas encore. 1983, c’est aussi l’année de leur Live officiel « Live in Tokyo » (sorti pourtant en 1986), qui n’est franchement pas folichon. Donc pourquoi avons-nous choisi ce concert pour continuer cette rubrique, avec un témoignage non officiel qui plus est?

D’abord, parce que ce choix est presque le moins évident qui soit. Qui oserait dire que PiL était le plus grand groupe sur scène? Sans doute personne, ni moi. En effet, il est de notoriété quasi publique que ce groupe était encore plus incontrôlable qu’avaient pu l’être les Sex Pistols. A cause de personnalités très fortes, la plupart très instables psychologiquement, sans doute aussi du fait d’absorption de drogue un peu excessive. Et puis, ils ont toujours été là pour provoquer et faire tourner en bourrique le milieu musicale et l’establishment.

Lire la suite Un live en veux-tu en voilà: PiL-The Studio Bristol (8 Novembre 1983)

Plus c’est long, plus c’est bon (3)- James Brown: People Get Up And Drive That Funky Soul (1973)

Cette rubrique vient mettre en valeur certaines chansons qui ont le pouvoir d’être étirées à l’infinie alors qu’elle repose sur une base souvent minimaliste.

PS: les liens manquants pour les compilations Soul Party ont été remis.

Aujourd’hui, histoire de clore notre série sur la soul, un Extrait du film Blaxploitation Slaughter’s Big Rip-Off dont vous n’avez sans doute jamais vu une image.

Ona tous une image de James Brown généralement très funk. Très axé sur la rythmique. Eh bien, avec ce morceau, on va tâcher de vous montrer le contraire…

Lire la suite Plus c’est long, plus c’est bon (3)- James Brown: People Get Up And Drive That Funky Soul (1973)

Cadeaux des lecteurs (9): Vos compilations Soul Party!

Avant de vous faire découvrir ce que nos lecteurs nous ont concocté, nous souhaitons vous proposer un nouveau thème pour cet hiver : Dreams never End. En espérant qu’il vous inspirera qu’il trouvera preneur!

Petit rappel: ce blog est ouvert à tous et tout le monde peut bien entendu participer! Pour cela, les règles sont simples:

1- Vous devez respecter une durée qui correspondra soit à celle d’un CD, soit celle de deux faces de K7 de 45mn (disons approximativement)

2- Pensez à nous donner les titres des chansons sur un fichier bloc notes pour nous faciliter le travail, avec, pourquoi pas, un petit texte expliquant vos intentions) .

3- Vous nous adressez le tout ici . Vous avez une semaine après que nous ayons proposé la nôtre, ce qui voudra dire 3eme ou 4eme semaine de janvier.

4- Eventuellement, vous pourrez lire notre théorie sur les compilations maison pour vous inspirer.

C’est parti pour vos Compilations SOUL PARTY!

Alors, pour cette livraison, on a de l’exhaustif. De quoi passer des heures de bonheur avec les oreilles. Donc un immense Merci à nos participants pour le bonheur qu’ils nous donnent avec ces compilations vraiment magnifiques et instructives.

PS: Dépêchez-vous, les liens ne seront actifs que 30 jours si personne ne les active! Ce serait dommage de perdre ces trésors…

Lire la suite Cadeaux des lecteurs (9): Vos compilations Soul Party!