Plus c’est long, plus c’est bon: Can- Mothersky

Nouvelle rubrique: ici, on parle des chansons qui peuvent s’étirer à l’infinie en nous plongeant dans un plaisir très particulier autour d’une trame souvent succincte, la durée produisant sur nous soit un effet de transe soit une émotion de plus en plus forte…

On vous a parlé la semaine dernière de Can. Pour les sceptiques, on vous propose une version fabuleuse de l’un des grands classiques de ce groupes qui vous prouvera combien sa musique est résolument moderne et n’a pris une seule ride.

Former Can members Holger Czukay and Damo Suzuki set for new vinyl releases  | The Vinyl Factory

Comme on l’a déjà dit, Can détestait répéter deux fois sa façon de jouer un morceaux. Donc des versions extraordinaires et sans doute meilleures que la version définitive figurant sur leurs albums sont sans doute légion.

Je vous avoue être tombé sur celle-ci par hasard. Et j’ai tout de suite voulu en parler sur ce blog. Donc je l’avais mise de côté et j’attendais le bon moment pour vous la proposer. La sortie de leur dernier concert me semble être la bonne occasion.

Cette chanson fait partie de la meilleure période du groupe, à mon sens. On retrouve la présence de Damo Suzuki qui contribue grandement au climat si particulier qui se dégageait de leurs premiers albums. J’espère que, comme moi, cette version fabuleuse vous donnera envie de réécouter ou de découvrir le répertoire de ce groupe si unique. Pour le reste, il n’y a qu’à écouter et à vous laisser emporter dans ce morceau pour lequel plus c’est long et plus c’est bon.

En tout cas, si vous aussi, vous connaissez des morceau pour lequel plus c’est long, plus c’est bon, vous n’avez qu’à nous contacter ici pour ça.

Francis

10 réflexions sur « Plus c’est long, plus c’est bon: Can- Mothersky »

  1. C’est souvent relatif à une certaine époque que de faire durer (parfois les zicos disent « tirer » mais c’est surtout pour gagner du temps en prestation, rien vraiment à voir avec l’histoire de transe ici…) un morceau à un certain paroxysme. Aujourd’hui c’est de plus en plus rare ou alors on se fade des solis bavards et futiles…
    J’aime quand le Floyd première mouture en expérimentation post Barrett s’embarquait ainsi…
    Dans Ummagumma…
    Mason avec son Saucerful of Secrets a repris là où cela s’était arrêté…
    « Set the controls »… quasi 13 mn sous hypnose modale orientalisante…

    v=6L6aHcmyG3I&list=PLyQIAQrohpRoRXwNo-Ze1kYJErhPRlSHi&index=17
    Bonne semaine.

    J’aime

  2. En regardant sur l’ordi les morceaux les plus longs que j’écoute, je trouve logiquement Fela Kuti avec ses transes rythmiques hypnotiques, mais plus surprenant du blues rock (woodstock boogie de Canned Heat à 28’30, Neil Young avec drftin’ back à 27’37) loin devant le classique et le rock progressif que je pensais en tête de temps.

    J’aime

    1. On doit t’avouer qu’on pensait à Fela avec cette rubrique… sauf qu’on ne le connait pas beaucoup. On serait preneur que tu nous fasse une petite présentation si tu te sentais inspiré..

      Effectivement, Canned Heat a quelques boogies très longs. Neil Young est encore plus un excellent exemple de ce qu’on imagine faire rentrer dans cette rubrique. Quelques notes qu’on répète à plus soif sans que la durée n’ait plus d’importance. Le rock progressif est dans une autre catégorie, car il joue sur la complexité des structures et des instrumentations. Il y a plus une tentation symphonique démonstrative que la force de l’épure.

      J’aime

  3. J’aime beaucoup le « next » du Sensational Alex Harvey Band en version studio et en live étiré, tiens, rien qu’à l’écrire, j’ai des firissons.
    Gil

    J’aime

  4. J’aime beaucoup le « next » du Sensational Alex Harvey Band en version studio et en live étiré, tiens, rien qu’à l’écrire, j’ai des frissons.
    Gil

    J’aime

  5. Pour le fun, j’ai regardé mes **** de titres par longueur: du classique (musique savante dirait PascalG) Prog bien entendu et tu as raison, Funk & Soul quand ça transer… et le rock et ses solos quand cela décide d’être inspirés: Neil Young of course (mais en fait c’est une question de sentiment, j’ai des copains qui trouvent ça vite ennuyeux…OK) (Charlu le premier m’a trouvé un héritier: Anders Osborne et son Old Country) … si je devais mettre deux titres en avant: Average White Band/Warmer Communications/Pick Up The Pieces (Bonus Track, From The Atlantic Family Live At Montreux, 1977): 22 minutes de prises de solo tandis que l’on se secoue sur la piste ET The Allman Brothers Band/Fillmore West ’71 (Cd1)/In Memory Of Elizabeth Reed (Live At Fillmore West, San Francisco, Ca 1,29,71)
    pour ce solo décrochage qui quitte la sphère rock pour de plus haute.
    Maintenant que je me suis exprimé, je vais lire le papier pour un groupe qui ne m’a jamais touché …

    J’aime

    1. Allman Brothers, je les ai longtemps snobbés à cause des étiquettes blues et morceaux à rallonge de guitaristes. J’associais ça à des trucs chiants. J’ai découvert il y a 5/10 ans à peine et j’avais tout faux. Cela dit, j’aime la simplicité et le côté répétitif d’un morceau long. Clairement, les morceaux longs du prog m’ennuie plutôt. Une exception: Supper’s Ready de Genesis (et encore il y a une partie que j’avais tendance à zapper)..

      Comme pour les autres, on serait ravis que tu nous proposes un petit texte pur l’un de ces chansons pour notre rubrique « Plus c’est long plus c’est bon! ».

      J’aime

  6. Après deux écoutes… « Pas Pris Une Ride… Résolument Moderne » Après deux écoutes j’ai eu une sensation passéiste et sympathique. Comme une musique qui se bonifie dans le temps, dans le temps d’écoute surtout. J’ai pensé aux longues plages de Pink Floyd des débuts. Il y a un fort parfum années 70. Si on admet que MODERNE ne signifie pas obligatoirement qualité, je pense au contraire que les modes d’écoutes de musique d’aujourd’hui ne permet plus une large diffusion de ce genre. Sans oublier l’état personnel d’audition – solitude? En groupe surtout silencieux? En bruit de fond?. Debout? Assis? Couché? Un verre de lait, de bière, de vin… de…..etc…
    CAN est un jalon dans la musique, que je n’ai jamais su apprécier. Le titre ici choisi ne m’a pas déplu, c’est déjà ça.
    Je pensais aussi à une époque cinématographique, « La Vallée » de Barbet Schroeder (musique Pink Floyd « obscured »). Un cinéma dans lequel je plonge volontiers, des histoires humaines, extra ordinaires; tentative de filmer genre reportage. Un style qui revient timidement?
    CAN. la question que je me pose, le titre choisi est-il représentatif de leur originalité? à suivre?

    J’aime

    1. Si par « originalité », tu entends que ce morceau est très différent des autres parce que le groupe ne répète pas. Alors oui, il est représentatif dans la mesure où il est difficile de donner un morceau représentatif du groupe. Je ne sais pas si je suis clair! ^-^
      Pour le reste, tu as raison, c’est une musqiue qui sent les 70’s dans la mesure où c’est une époque où elle partait dans tous les sens. Un musique libre et sans ancrage. Pour ma part, je trouve le son moderne parce que beaucoup moins daté que du Yes, Roxy music ou le premier Clash (à part Yes, et encore, j’ai pris les exemples non pas pour les critiquer péjorativement, mais parce que je trouve le son beaucoup plus « daté »), ce qui ne veut pas dire que la musique en elle-même ne reste pas pertinente aujourd’hui.
      Francis

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s